Mohamed Ennaceur : 271 projets de loi ont été adoptés

Mohamed Ennaceur

Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mohamed Ennaceur, était l’invité de l’émission Kahwa Arbi sur Al-watanya 1, hier 8 avril.

Revenant sur les événements du 9 avril 1938, Mohamed Ennaceur a rappelé les faits. Le 8 avril 1938, des manifestations ont eu lieu suite à un appel du Néo-destour. Des manifestants partis de Bab Dzira et Bab Bnet, guidés par Mongi Slim et par Ali Belhouane, se sont dirigés vers l’ambassade de France pour revendiquer la mise en place d’un parlement tunisien.

Le leader Ali Belhouane a été arrêté par les forces de l’ordre colonial. Certaines rumeurs le disaient même mort. Ce qui a attisé le feu de la protestation. C’est alors que les forces de l’ordre n’ont pas hésité à ouvrir le feu sur la foule.

Faisant une comparaison entre le premier parlement tunisien et l’Assemblée des représentants du peuple, le président de l’ARP a affirmé que le premier parlement a mis en place les fondements d’un Etat moderne, souverain, libre et a contribué à la vulgarisation de l’enseignement et la vulgarisation de la santé.

En ce qui concerne l’ARP, Mohamed Ennaceur a indiqué qu’il s’agit d’un parlement pluraliste qui est représentatif de toutes les tendances politiques. L’ARP se charge de terminer la mise en place des institutions constitutionnelles. Lors du mandat actuel de l’ARP, 271 projets de loi ont été adoptés. A cet égard, il s’est félicité de l’adoption à l’unanimité d’un certain nombre de projets, comme la loi contre la violence faite aux femmes.

Répondant à une question qui porte sur les tensions au sein de l’ARP, Mohamed Ennaceur a considéré qu’étant dans une démocratie naissante, «on ne s’est pas encore habitué à accepter l’avis contraire et au respect mutuel», dit-il. Concernant la crise économique, il a estimé que tout le monde doit contribuer à la mise en place de solutions adéquates à la crise économique.

Revenant sur les mouvements sociaux en Tunisie, il a indiqué que si les ouvriers font des grèves c’est qu’il existe un problème et qu’il faut agir. A ce propos, il a souligné que les solutions doivent se trouver selon les moyens disponibles, «car il n’est pas possible de tout donner».

Revenant sur la polémique du document de l’indépendance de la Tunisie, le président de l’ARP a fait savoir que la Tunisie est un pays indépendant et souverain. Les vérités historiques demeurent l’apanage des historiens spécialistes, affirme-t-il. Dans le même contexte, il a affirmé que l’ARP est en train de suivre la situation de l’Instance Vérité et Dignité.
[raside number=”3″ tag=”arp”]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here