TT Security Day : la cybersécurité au service du digital 

Tunisie Telecom (TT) a organisé aujourd’hui la deuxième édition de la journée sécurité  «TT Security Day 2018» à Tunis, sur le thème «La cybersécurité au service du digital », en présence de Mohamed Fadhel Kraiem, PDG de TT, Habib Dabbebi, secrétaire d’État à l’Économie Numérique, Mohamed Naoufel Frikha, DG de l’Agence nationale de la sécurité informatique (ANSI), Nizar Yaiche, Associé spécialisé dans les télécoms et les nouvelles technologies – PwC, Elyes Ben Sassi, DG de Topnet, Jamal Sakka, directeur central des réseaux–TT, Jawhar Farjaoui, PDG de l’Agence tunisienne d’internet (ATI) ainsi que d’éminents spécialistes et experts en la matière et des représentants des médias.

A cette occasion, Mohamed Fadhel Kraiem a annoncé que pour la deuxième année consécutive, TT Security Day constitue une opportunité pour renforcer la sensibilisation sur les risques et les enjeux de la sécurité en général et de la sécurité d’information en particulier. Cette manifestation démontre l’intérêt que porte TT à ce sujet, la prise de conscience et la maturité par rapport à la sécurité en général.

« On est dans un environnement qui évolue très vite avec énormément d’acteurs du secteur du numérique en général. Il est donc important que l’ensemble de ces acteurs travaillent pour prévenir les menaces qui sont de plus en plus présentes et qui augmentent en fonction de l’évolution des technologies et de l’usage. »

A cet égard, TT a lancé depuis des années plusieurs initiatives, dont la stratégie de politique sécurité qui a été déclinée en plusieurs aspects (2010/2011). « Certes, il y a plusieurs types de menaces externes, mais il y a aussi les risques qui viennent du personnel qui est parfois dépassé par l’évolution des solutions et de l’usage. C’est pour cette raison, qu’il importe de maintenir à jour le niveau du personnel et aussi l’engagement pour respecter les consignes de sécurité ».

Il a précisé que TT a également lancé plusieurs programmes de mise à niveau pour se conformer aux règles et normes de sécurité internationale, à l’instar de Data Center Carthage certifié ISO 27 001. Elle a acquis et installé plusieurs solutions techniques qui ont permis de se protéger contre les attaques et a investi beaucoup dans son réseau et son système d’information.

Et d’ajouter que TT n’a pas uniquement protégé ses systèmes et son environnement interne, mais aussi elle est en train de protéger ses clients et partenaires. Et dernièrement, TT a lancé un nouveau service de sécurité visant à accompagner ses clients pour régler la problématique de sécurité qui devient un élément difficile à gérer, vu la complexité de l’environnement. « Notre objectif est de faire de TT le partenaire de confiance qui va permettre à ses clients et ses partenaires de pouvoir utiliser les services sans devoir se préoccuper des problématiques sécuritaires et faire confiance à nos capacités », estime-t-il.

Et de préciser que ce challenge a été relevé vu que plusieurs clients, notamment des institutions financières, font confiance à TT, grâce à tout le savoir-faire qui a pu être mis en place au niveau de la sécurité de l’information, des systèmes et des données…

« Aujourd’hui, il importe que l’on regarde la sécurité sous un autre angle pour promouvoir l’usage du digital. Il faut travailler sur la confiance numérique qui passe par quatre éléments importants, à savoir la sécurité d’accès, la disponibilité et sécurité des services, la confidentialité et protection des données personnelles et un arsenal réglementaire permettant de protéger l’utilisateur », conclut-il.

Revenant sur la Startup Act qui vient d’être approuvée par l’ARP par 110 voix pour sur un total de 114 députés présents et quatre abstentions, Habib Dabbebi a annoncé que cette loi constitue une nouvelle voie vers l’innovation des jeunes compétences tunisiennes. « Il s’agit d’une stratégie qui a été réfléchie et bâtie autrement, afin de donner une nouvelle chance à l’économie numérique en tant que pilier de la croissance économique. Il  faut donc gouverner, prendre l’initiative et investir autrement ».

Afin d’opter pour ce genre de changement, il a affirmé que la transformation digitale est la clé de la réussite. « Dans cette phase, les opérateurs doivent changer de modèle de business. Et TT a toutes les chances de gagner cette bataille du changement socio-économique qui est basée sur la confiance dans le numérique et dans le système de sécurité. Il est, en fait, temps de saisir tous les changements et de faire les mindshift ».

Dans le même sillage, Mohamed Naoufel Frikha a précisé que le développement technologique et la diversité des utilisateurs dépendent du rôle important des opérateurs. Ces derniers sont la cible et le moyen par excellence.

Quant à  Nizar Yaiche, il a estimé qu’étant donné que les transformations technologiques ne connaissent pas de limites, le succès de la cybersécurité se base sur quatre piliers. Il s’agit, selon ses dires, de la sponsoriser au plus haut niveau, établir une stratégie cyber, mettre en place des mécanismes de détection et l’évaluer régulièrement.

A noter que TT Security Day a été l’occasion d’un challenge Hackathon cryptographique, du genre chasse au trésor, entre des équipes d’étudiants. A la clôture, trois prix ont été décernés aux trois équipes classées premières.

Tunisie Telecom L'Economiste Maghrébin

Tunisie Telecom L'Economiste Maghrébin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here