Mehdi Jomâa défavorable à un remaniement ministériel

mehdi jomâa

La situation actuelle du pays ne supporte pas un nouveau remaniement ministériel déclare Mehdi Jomâa, président du parti Al-Badil Ettounsi, lors de l’inauguration du bureau régional de son parti à Kairouan, hier 1er avril.

Pour lui, il n’est pas possible de changer de gouvernement chaque six mois, de faire un nouveau diagnostic et de chercher de nouvelles compétences, à l’occasion de chaque remaniement. Continuant dans le même contexte, l’ancien chef du gouvernement a considéré que l’heure du travail a sonné et que la classe politique au pouvoir doit assumer sa responsabilité. Pour lui, l’heure est celle de l’action et non plus de la parole.

Revenant sur les élections municipales qui se tiendront le 6 mai 2018, Mehdi Jomâa a considéré que les élections municipales sont une occasion pour trouver de nouveaux leaders tunisiens, au niveau du pouvoir local. A cet égard, il a rappelé que le parti a choisi de faire une coalition  avec d’autres partis politiques pour participer aux élections municipales. Dans ce contexte, il a affirmé que la direction du parti a opté pour de nouveaux visages, notamment des jeunes et des femmes.

Interpellé sur la proposition du changement du régime politique, Mehdi Jomâa a affirmé que le problème politique en Tunisie ne se résume pas uniquement au régime politique, car «le problème est aussi un problème de mentalité».

Répondant à une question qui porte sur la polémique soulevée sur l’Instance Vérité et Dignité, Mehdi Jomâa a constaté que «nous suivons à chaque fois un nouveau feuilleton, tantôt un épisode qui porte sur la Cour constitutionnelle et tantôt un épisode sur l’Instance Vérité et Dignité».
[raside number= »3″ tag= »mehdi jomaa »]

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here