La société Panorama s’estime diffamée et portera plainte

credit - L'Economiste Maghrébin

 La société Panorama, de droit tunisien, dénonce la campagne de dénigrement à l’encontre de son gérant et affirme son intention de porter plainte pour diffamation.

A la suite de la campagne de dénigrement à l’encontre de la Société Panorama et de son gérant lancée après les déclarations de Hsouna Nasfi, député du bloc Machrou3 Tounes, lors de la séance plénière consacrée à l’Instance vérité et dignité (IVD) et reprises par plusieurs médias, la Société Panorama précise ce qui suit : « Les propos de Yassine Ayari publiés sur les réseaux sociaux depuis 2017 et repris par Hsouna Nasfi sont infondés », mentionne le communiqué.

Evoquant dans son communiqué l’investisseur tunisien d’origine italienne dans le secteur logistique, maritime et communication, Fares Luca Lucattini, gérant de la société Panorama et réside en Tunisie depuis 1994. Il a obtenu la nationalité tunisienne et s’est converti à l’ Islam en 2011. Marié avec une Tunisienne, père de deux enfants, Fares Luca Lucattini n’est ni israélien, ni sioniste et il n’a jamais visité Israël et il n’a aucun lien avec l’armée israélienne.

Selon le communiqué, Panorama, affiliée à l’enseigne représentée en Tunisie par Young and Rubicam (Y&R), multinationale leader dans les métiers de la communication et créée en 1923 (avant la création de l’Etat d’Israël) et basée à New York, possède 192 filiales à travers le monde. Notons que Panorama n’a aucuns lien  avec Y&R. Quant à   ses liens avec l’IVD, la Société Panorama a obtenu, au deuxième semestre de 2016, deux lots sur 5 d’un marché lancé par l’IVD. C’est uniquement la compétence et l’expertise de Panorama qui ont fait gagner cet appel d’offre.

Par ailleurs, la société dénonce les allégations outrageuses et la campagne de dénigrement à l’encontre de son gérant et pointe la responsabilité de toutes les parties qui ont porté atteinte à sa personne,  mettant sa vie et celle de sa famille en danger. 

Enfin, la Société affirme que ces mensonges et ces campagnes de diffamation lancés sur des considérations d’origine régionale, d’appartenance ethnique et de croyance religieuse affectent profondément le climat des affaires et l’image de la Tunisie comme pays d’ouverture et de tolérance.

Rappelons que lors de la séance plénière du lundi 26 mars et consacrée à la discussion de la prolongation ou non des travaux de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Hassouna Nasfi a exprimé ses inquiétudes à travers les dépassements observées au sein de l’instance, notamment par sa présidente, Sihem Ben Sedrine.

Selon lui, la présidente de l’Instance a divisé les Tunisiens. Il a également rappelé que l’ instance a signé un contrat d’une valeur de 650 mille dinars, avec la société « Panorama », filière d’une société tenue par un Israélien, David Sabel, qui aurait financé, selon ses dires,  l’armée israélienne. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here