L’égalité dans l’héritage

faible présence des femmes

Une lecture littérale du texte coranique condamnerait toute innovation, toute adaptation aux exigences des temps présents. Dans ce cas, la société musulmane vivrait selon la grille des valeurs de la société patriarcale d’antan.

Fait d’évidence, souvent occulté par les exégètes, l’Islam a mis à l’ordre du jour une dynamique de progrès, une promotion de l’homme. Au-delà de ses prescriptions formelles, il y a un objectif de mutation, d’élan démocratique. Cette donne devrait être prise en considération. Elle justifierait les initiatives du progrès, selon l’idéal musulman et sa philosophie du bien-être et de la justice. C’est dans ce contexte, qu’il faudrait inscrire l’égalité devant l’héritage et la légitimer.

D’ailleurs, l’abolition de l’esclavage, en 1846, en Tunisie, procède de la même vision ijtihadienne. La  fatwa d’Ahmed Bey, rédigée par Ahmed Ibn Abi Dhiaf, fait valoir les recommandations musulmanes, puisque la libération d’un esclave constitue, dans l’islam, l’ultime acte de charité. Ainsi justifie-t-on l’interdiction  d’un «acte permis», à l’appui d’une pensée libertaire musulmane.

Il faut tenir compte de l’esprit des lois et du contexte des recommandations. Autrement, il faudrait rétablir, au XXIe siècle, l’esclavage, la loi du talion, une des lois les plus anciennes qui consiste en la réciprocité du crime commis et de la peine à appliquer symbolisée par  : « Œil pour œil, dent pour dent », ou  la lapidation, forme de mise à mort à coups de pierres, utilisée à l’époque préchrétienne. Prévue dans l’islam, comme châtiment de l’adultère pour un homme ou une femme marié ayant eu un rapport sexuel hors mariage, la lapidation est de fait annihilée par l’exigence  du constat de quatre témoins ayant constaté l’adultère. Dans cette quête de retour nostalgique aux mœurs d’antan, on rétablirait la vendetta et la justice tribale. Pourquoi pas, dans le cas d’une institution, l’obscurantisme?

Pays d’avant-garde, ayant légiféré en faveur de l’émancipation de la femme, la Tunisie se doit d’inscrire dans les faits, l’égalité absolue de tous les citoyens, instituée par la Constitution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here