Stephen Hawking s’en va vers de nouveaux cieux

Stephen Hawking

Une lumière vient de s’éteindre dans le ciel de l’astrophysique. L’astrophysicien britannique de renommée mondiale, Stephen Hawking, a tiré sa révérence à l’âge de 76 ans, à son domicile à Cambridge, au nord de Londres.

Le génie d’astrophysique s’est éteint après plusieurs décennies de lutte contre une maladie incurable touchant les neurones, à savoir la maladie de Charcot responsable de son handicap physique certes, mais qui n’a jamais eu raison de ses capacités à faire avancer la science.

La lutte qu’il avait entamée depuis 1964 était dirigée contre la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot, une maladie neurodégénérative paralysante, incurable, caractérisée par un affaiblissement puis une paralysie des muscles des jambes et des bras, qui avec le temps a finalement abouti à un handicap physique total. La maladie touche par ailleurs les muscles respiratoires, ainsi que les muscles de la déglutition et de la parole, raison pour laquelle il communiquait par le biais d’un synthétiseur vocal. La maladie épargnant les fonctions intellectuelles et sensorielles, a néanmoins permis au scientifique de ne jamais cesser de donner en matière de recherche scientifique.

Professeur de mathématiques à l’université de Cambridge de 1980 à 2009, membre du Gonville and Caius College et chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics, Stephen Hawking a marqué son temps par ses contributions à la fois envers le monde scientifique, mais aussi pour ses efforts de vulgarisation scientifique envers le grand public. Ses travaux dans les domaines de la cosmologie et la gravité quantique ont notamment permis une meilleure connaissance des trous noirs. Partageant dans ses œuvres ses incessantes interrogations à propos de la création de l’Univers, ainsi que sur l’avenir de l’humanité, Stephen Hawking encourageait l’humanité à prendre un nouveau départ loin de la Terre, tant cette planète est de moins en moins propice à la vie. Il soulignait également le danger venant du développement d’une intelligence artificielle complète qui selon lui «pourrait mettre fin à la race humaine».

Ses enfants n’ont pas manqué de souligner sa générosité  affirmant que «son courage et sa ténacité, son génie et son humour, ont inspiré des gens à travers le monde». «Il avait déclaré un jour : ‘Cet Univers ne serait pas grand-chose s’il n’abritait pas les gens qu’on aime’. Il nous manquera toujours».

Par

Publié le 14/03/2018 à 13:58

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin

Send this to a friend