Noureddine Taboubi pour un gouvernement visionnaire et solidaire

noureddine taboubi

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) Noureddine Taboubi a indiqué que la troisième réunion des signataires de l’Accord de Carthage a été marquée par la transparence et la franchise. D’après le syndicaliste, tous les présents étaient unanimes à reconnaitre la gravité des indicateurs économiques, à l’instar de la dévaluation du dinar, du déficit de la balance commerciale, de l’inflation et des classements peu flatteurs de la Tunisie; ce qui nécessite la formation d’une nouvelle commission pour l’élaboration de nouvelles priorités d’ici 2019.

Les signataires ont affirmé que la responsabilité du bilan est une responsabilité collective, «mais que le gouvernement s’accapare la part du lion de la responsabilité, car il est de son devoir de trouver les solutions adéquates», affirme Noureddine Taboubi. Il a fait savoir que les signataires de l’Accord de Carthage se sont mis d’accord sur la formation d’une commission, au sein de laquelle chaque signataire sera représenté par deux personnes qui auront mandat de déterminer les priorités de la Tunisie d’ici 2019. Puis, dans une semaine la commission se réunira et à la lumière des priorités qu’elle aura établies, il sera question de garder ou ne pas garder l’équipe gouvernementale et son chef.

Continuant sur la même lancée, le secrétaire général de l’UGTT a indiqué que tous les signataires ont approuvé la nécessité de séparer deux processus: celui des municipales de celui du remaniement ministériel. Il estime que la possibilité d’un remaniement n’impactera pas les élections municipales qui vont se dérouler au mois de mai.

Pour Noureddine Taboubi, «insuffler du sang neuf dans le gouvernement» peut concerner tout le gouvernement et son chef, comme seulement une partie. A cet égard, il a ajouté que tous les scenarii sont possibles et envisageables par les signataires de l’Accord de Carthage.

Interpellé sur les ministères que l’UGTT voudrait voir remaniés, Noureddine Taboubi a indiqué qu’il n’a pas de problème personnel avec les ministres et que les noms ne doivent pas être dévoilés aux médias. Pour lui, il ne s’agit pas d’un conflit avec quelques ministres, mais plutôt d’une évaluation.

Enfin, il a exprimé son étonnement suite aux propos de la conseillère du Président de la République qui a avancé qu’il n y aura aucun remaniement avant le mois de mai. «Le président a évoqué la possibilité de remaniement à tout moment», lance-t-il. Le changement ne pourra pas nuire à la prochaine sortie de la Tunisie sur les marchés internationaux, dit-il en réponse à une question posée. «Car l’engagement sera pris au nom de la Tunisie et non en celui de personnes» continue-t-il.

«La situation nécessite une équipe ministérielle cohérente, solidaire, harmonieuse et ayant une vision claire», conclut-il.

 

Par

Publié le 14/03/2018 à 10:47

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin