Joussour: 51% des sondés se déclarent fiers de l’expérience tunisienne

Le sondage mensuel réalisé par le think tank Joussour, du 19 au 23  février 2018, a fait ressortir que 76% des personnes sondées affirment que la décision d’inscrire la Tunisie sur la liste noire des pays les plus exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme a été prise parce que le gouvernement tunisien n’a pas fait le nécessaire pour éviter cette décision contre 19% qui considèrent que l’UE cible la Tunisie.

Ainsi, concernant les alternatives face à une éventuelle persistance de la crise économique,  64% des interviewés annoncent que l’on devrait organiser des élections anticipées pour changer tous nos gouvernants, 13% croient qu’on doit procéder à un changement du chef du gouvernement et 7% affirment qu’on doit mener une nouvelle révolution.

Le même sondage a dévoilé que 63% des interrogés sont d’avis que  le gouvernement  Youssef Chahed ne progresse pas dans la résolution de la crise économique et sociale de la Tunisie contre 36% ayant confiance dans ce gouvernement.

En ce qui concerne la protection de la Tunisie contre le terrorisme, 68% des sondés se déclarent satisfaits et 6 % très satisfaits contre 17% qui ne sont pas satisfaits et 8% qui ne sont pas du tout satisfaits.

S’agissant de l’expérience tunisienne, le sondage a dévoilé qu’en dépit des difficultés et des problèmes, cette expérience reste distinguée et honore les Tunisiens, d’où 51% des interviewés se déclarent fiers contre 21 % qui ne sont pas fiers.

Interpellés sur le centre du pouvoir,  53% des sondés affirment qu’aujourd’hui, le chef du gouvernement Youssef Chahed gouverne réellement le pays contre 28% pour le président de le République Béji Caïed Essebssi.

Quant aux attentes des citoyens des élections municipales, 56% des interpellés évoquent l’amélioration des services de proximité comme la propreté et la voirie et 42% prévoient le développement et l‘emploi.

Dans le même sillage, 52% des personnes interrogées croient qu’après ces élections,  l’alliance entre Nidaa Tounes et Ennahdha va se poursuivre et 43% estiment qu’ils vont se séparer.

Au final, 71% ont confiance dans la tenue de ces élections à la date prévue au mois de mai contre 27% qui n’ont pas confiance.

A noter que le sondage de Joussour a été mené sur un échantillon de 500 à 600 interviewés, dont la représentativité à l’échelle nationale (de la population de 18 ans et plus) est assurée selon la méthode des quotas (sexe, tranches d’âge, milieu urbain/rural, gouvernorat), avec une marge d’erreur maximale de 4.4% (pour un niveau de confiance de 95 %).

Laisser un commentaire