Samir Majoul : «Sifflez la fin de la récréation, arrêtez de plaisanter et passez aux choses sérieuses»

«La Tunisie a besoin urgemment d’une bonne gouvernance. Nous demandons à ce que les meilleures compétences nous gouvernent», a annoncé Samir Majoul, président de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), lors de son intervention dans l’émission télévisée 24/7.

Ainsi, le président de la centrale patronale a évoqué la situation difficile du pays et l’avidité de certains partis politiques, affirmant que cette situation sera encore plus difficile si un diagnostic n’est pas fait. «Il faut comprendre l’importance du respect, du dialogue et le fait de laisser diriger les meilleurs d’entre nous», a-t-il indiqué.

En ce qui concerne l’Accord de Carthage, M. Majoul, a appelé à un plan de sauvetage économique. «Il faut savoir qu’il y a des dossiers bloqués dans tous les ministères. Et le secteur privé est en quelque sorte bloqué», a-t-il souligné.

Des secteurs vitaux bloqués

Et de préciser: «Le secteur de l’énergie solaire est bloqué par la STEG, la production de phosphate est bloquée par des mécontents et l’Open Sky est bloqué par Tunisair, au moment où il demeure nécessaire d’ouvrir le ciel pour sauver le tourisme, sinon ce sont les portes de l’enfer qui vont être ouvertes.»

Sur un autre volet, Samir Majoul a estimé qu’il fallait donner aux jeunes tunisiens le droit de choisir leurs études, parce qu’il est inacceptable qu’on les oblige à étudier une branche ou autre. «Il faut qu’ils fassent ce qu’ils aiment, et ce, afin qu’ils soient épanouis», dixit l’intéressé.

Enfin, tirant un sifflet rouge symbolique de sa poche, M. Majoul n’a pas manqué de dire qu’«il faut siffler la fin de la récréation, arrêter de plaisanter et passer aux choses sérieuses».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here