BCT : vers l’élaboration d’un plan d’action avec le GAFI

«Les autorités tunisiennes œuvrent à élaborer, avant la fin 2018, un plan d’action avec le Groupe d’action financière (GAFI)», a annoncé Marouane El Abbassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), et ce, lors d’une conférence internationale sur «la poursuite des crimes de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme», tenue les 27 et 28 février 2018, à Tunis.

Le gouverneur de la BCT a rappelé que le groupe d’examen de la coopération internationale relevant du GAFI a loué, au cours de sa réunion tenue la semaine dernière à Paris, les réalisations de la Tunisie dans ce domaine.

Il a, en outre, évoqué l’importance des défis auxquels font face les banques tunisiennes et les unités de renseignements financiers concernant les dossiers de l’économie numérique, les TIC, les espaces financiers et les crimes cybernétiques, ainsi que l’échange de monnaies virtuelles.

Et d’ajouter que la Tunisie est consciente de ces dangers et œuvre à adhérer à l’effort international afin d’éviter leurs impacts. «La décision du Parlement Européen d’inclure la Tunisie sur la liste noire des pays les plus exposés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, explique en partie la démission du président du CTAF et de l’ancien gouverneur de la BCT, Chedly Ayari », a-t-il précisé.

Les 12 recommandations du GAFI

  1. Réforme de la loi régissant le registre du commerce pour identifier le bénéficiaire effectif ;

  2. Il faut introduire la lutte contre le financement de la prolifération au niveau de la loi sur le blanchiment d’argent afin de correspondre aux standards du GAF ; I

  3. Mise en place d’une approche basée sur le risque auprès des intermédiaires en bourses et Comité Général des Assurances ;

  4. Geler les avoirs de terroristes conformément aux exigences de l’ONU (Application du décret) ;

  5. Renforcer les ressources humaines et moyens techniques de la CTAF (recrutement en cours) et revoir la gouvernance de la CTAF ;

  6. Toutes les banques doivent intégrer les systèmes de détection des opérations suspectes ;

  7. Renforcement des capacités du personnel des banques en charge de la conformité ;

  8. Promulgation des guides de conformités des professions libérales, formation des PNF, amélioration des capacités de leurs organes de supervision ;

  9. Promulgation de la loi contre l’enrichissement illicite ;

  10. Formation des juges et accélération de la gestion des dossiers ;

  11. Application de la loi sur le financement des associations ;

  12. Audit des entreprises off-shore sans employés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here