Le champ gazier de Nawara entrera en service en 2019

projet Nawara

La production de gaz naturel sur la concession on-shore de Nawara, située dans la région de Tataouine, ne démarrera qu’en 2019, a annoncé la compagnie pétrolière autrichienne OMV qui opère et contrôle le gisement, à part égale avec l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP).

Le retard de démarrage, prévu en 2016, est dû essentiellement à la chute des prix du pétrole qui a plombé les finances des partenaires et aux mouvements sociaux qui ont perduré entre 2016 et 2017.

A cet égard, Johann Pleininger, directeur en charge de l’amont d’OMV, a expliqué que «les progrès du projet ont été négativement affectés par le contexte récent de la baisse des prix du pétrole et d’autres défis, tels que les problèmes de gestion des terres et les troubles sociaux dans le sud. Ceux-ci se sont manifestés par des coûts accrus et des retards dans la première production commerciale».

Le champ gazier de Nawara, d’une valeur d’un milliard de dollars, va générer 2,4 millions de mètres cubes par jour de gaz commercial, soit 0, 876 milliard de mètres cubes par an, plus du condensat de gaz naturel et du GPL. Ce qui permettra d’augmenter la production tunisienne de gaz de 15%, de réduire de 30% les importations en provenance d’Algérie et de relancer la production nationale d’hydrocarbures  qui a enregistré une chute de plus de la moitié durant les dix dernières années, ainsi que la création d’environ 200 emplois permanents, en plus de centaines d’emplois supplémentaires pendant la phase de construction.

A noter que ce projet comporte plusieurs composantes, à savoir  des installations de production sur le site de Nawara et un pipeline entre Nawara et les usines de traitement de gaz qui vont produire des produits du GPL et du gaz commercial.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here