Exclusif – Le Conseil d’analyses économiques dresse une batterie de mesures

CONECT Economie Tunisie L-Economiste-Maghrebin

Lors de sa deuxième réunion plénière, tenue le 24 février 2018 sous la présidence de Youssef Chahed, Chef du Gouvernement, le Conseil d’analyses economiques (CAE) a présenté ses dix premières recommandations préliminaires. Moez Laabidi, professeur en finances internationales et membre du CAE, livre plus de détails à leconomistemaghrebin.com.  

Moez LaabidiS’inscrivant dans le cadre du plan d’actions de relance engagé par le Gouvernement, les  recommandations du (CAE) concernent  plusieurs thèmes, dont ceux relatifs à l’accélération de l’emploi dans le numérique, au modèle d’une banque des régions comme moteur de financement des PME, à la fiscalité, à la politique monétaire, à l’intégration euro-maghrébine, à la mise en place d’un fonds d’investissement dédié aux projets dans les régions, ainsi qu’au développement des énergies renouvelables.

Dans ce sens, Moez Laabidi a précisé que le Conseil a préconisé la levée des entraves et l’amélioration du climat des affaires, à travers la réduction drastique du nombre d’autorisations administratives et de leurs délais, l’introduction de services en ligne pour les immatriculations fiscales et au registre du commerce et les publications au JORT.

Il a également préconisé l’étude de la possibilité de décréter un moratoire fiscal pour la période 2018/2020, représentant un engagement de non augmentation de taxes ou d’impôt sur les sociétés, et ce, en engageant, au cours de cette période, un  effort drastique pour le recouvrement.

Ainsi, le CAE a recommandé l’accélération de l’emploi dans le numérique avec un plan spécial ISET comportant une formation complémentaire en technologie et en soft skills pour les étudiants des ISET, une école de la deuxième chance «école 42» et un incubateur à la hauteur des ambitions de la jeunesse «Station T».

Toutefois, il a recommandé, selon Moez Laabidi, la finalisation, en collaboration avec le ministère des Finances, du modèle de la Banque des Régions pour qu’elle joue un rôle moteur dans le système tunisien de financement des petites et moyennes entreprises (PME).

Dans le même sillage, il a proposé l’étude de la faisabilité d’instaurer une bonification d’intérêt et d’un ratio d’activités prioritaires pour le financement des PME.

M. Laabidi a, d’autre part, précisé que le Conseil a proposé le lancement d’une campagne nationale baptisée «L’entreprise notre richesse», d’une manifestation mensuelle dans tous les gouvernorats sous le slogan «Les Jeudis de l’entrepreneuriat» et d’une campagne internationale de promotion de la Tunisie économique.

En outre, le CAE a recommandé la mise en place, en collaboration avec l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), d’un fonds d’investissement dédié aux projets issus des 28 incubateurs dans les régions.

Parmi les recommandations du Conseil, figure aussi la réforme du système de protection sociale dans le cadre d’un nouveau contrat social à mettre en place entre les pouvoirs publics et les partenaires sociaux.

Au final, le CAE a proposé la concertation et l’engagement des partenaires sur un accord cadre de développement des énergies renouvelables, dans le cadre du Plan Solaire Tunisien (PST) mis en œuvre par le ministère de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables.

En conclusion, M. Laabidi a indiqué qu’à la clôture de cette réunion, le Chef du Gouvernement a fait part de son intérêt pour les propositions avancées par le CAE.

A noter que selon les nouvelles dispositions du décret portant amendement de la composition et des missions du CAE, publié récemment au JORT, les nouvelles missions du CAE consistent à éclairer les choix du Gouvernement en matière économique, à réaliser en toute indépendance des analyses économiques et sociales et à examiner les questions qui lui sont soumises par le chef du Gouvernement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here