La grève des enseignants, le ton monte

enseignants

Le ton monte entre la partie syndicale et le ministère de l’Éducation sur le recours à la grève, une fois de plus, sur l’ensemble du territoire tunisien.

L’appel lancé par le collectif des parents, des éducateurs, ainsi que les acteurs de la société civile dénonce la mainmise des enseignants, en demandant expressément la reprise des cours. La crainte d’une année blanche est une fois de plus partagée, car cela fait plus de trois ans que le corps enseignant, par la fédération générale de l’Enseignement secondaire relevant de l’UGTT, prend en otage les élèves.

L’appel est clair: « Placer l’intérêt des enfants avant toute négociation », telles sont les revendications des parents et de la société civile. En  effet, rappelons que les enseignants du secondaire retiennent les notes du premier semestre des élèves. De son côté, Hatem Ben Salem, ministre de l’Éducation, a haussé le ton en déclarant: « La décision prise par les professeurs est illégale. » Tout comme il appelle à la reprise du dialogue, en étudiant de près leurs revendications. 

Bien que les négociations soient en cours de discussions, le ministère de l’Éducation appelle le corps enseignant à suspendre la grève. Pour les parents, la « coupe est pleine, trop c’est trop! » et l’exaspération des élèves devient de plus en plus pressante.

Entre injonction syndicale et ministère, peut-on prévoir une sortie de crise et résoudre les problèmes en suspens? Attendons voir! 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here