ATFD appelle à une grande manifestation le 10 mars

L’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) lance un appel aux Tunisiennes afin de se mobiliser et se réunir en grand nombre le 10 mars, deux jours après la Journée Internationale de la Femme. Une occasion où il est bon de se rappeler du militantisme des femmes ayant marqué l’histoire de la Tunisie.

Même si le débat enfle en Tunisie à propos de l’égalité homme-femme devant l’héritage, “la bataille pour arriver à cette justice successorale est loin d’être finie, car rien n’est acquis”, affirme Sonia Naccache, universitaire. Il faut admettre plusieurs vérités et notamment “éviter de croire que les femmes sont naturellement acquises à la défense de leurs propres droits”, déclare-t-elle.

Un nouveau pas sera certes franchi dans les prochains mois, avec la présentation du rapport de la COLIBE. Mais jusqu’à présent, aborder ce débat demeure tabou, car ce sont les mentalités rétrogrades qu’il faut combattre. Depuis l’annonce faite par le Chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, à l’occasion de la fête des Femmes, de se pencher sur cette question, on en parle ouvertement.

“Contribuer à écrire une page de l’histoire de la liberté et de l’égalité pour les concitoyens est nécessaire”,  affirme pour sa part Kerim Bouzouita, docteur en Anthropologie, tout en poursuivant: “Parce que nous méritons un Etat et une Nation qui nous portent vers le haut et ce n’est plus le cas depuis des décennies. Et l’occasion est trop rare pour être ratée: nous avons une partie de la machine de l’Etat avec nous et non pas contre nous sur les questions de libertés individuelles. Plus que jamais, nous avons intérêt à serrer les coudes et les poings. C’est une grande bataille mais si nous gagnons, nous aurons fait la paix avec notre histoire, l’Etat, et nous-mêmes.”

Même si la Constitution est adoptée, il faut donc repenser le Code du Statut Personnel (CSP) à la lumière de la Constitution. Proposer des réformes pour donner un sens à l’égalité garantie par la Constitution. Telle est l’un des principaux objectifs de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité rattachée à la présidence de la République, qui  pourra, en l’occurrence, changer la donne.

 

Par

Publié le 19/02/2018 à 12:32

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin