Leila Chettaoui : “La CTAF devrait avoir le droit d’enquêter”

chettaoui

Le classement de la Tunisie dans la liste noire de l’UE des pays tiers fortement exposés au blanchiment des capitaux et au financement du terrorisme a surpris aussi bien l’opinion publique que la classe politique.

Leila Chettaoui, députée du bloc Machrou3 Tounes, a souligné que la commission tunisienne des analyses financières (CTAF) n’a fait qu’analyser des informations et émettre des recommandations. “Savez-vous que sous d’autres cieux l’équivalent de la CTAF dispose d’une cellule de renseignement et a le droit d’enquêter, pourquoi pas nous?”, s’est-elle exclamée. 

Elle ajoute que dans un contexte très particulier depuis 2012, la Tunisie a été confrontée à des actes de terrorisme, d’assassinats d’hommes politiques, d’envoi des jeunes dans les zones de combat, avec une présence de 18 000 associations, n’est-il pas temps aujourd’hui de réviser les prérogatives de la CTAF  pour les faire évoluer ?

“La responsabilité n’est pas liée au secteur bancaire seulement. Notre grand problème c’est l’économie parallèle et là les responsabilités ne se comptent pas”, a-t-elle conclu.

Rappelons que la Tunisie a été incluse dans la liste noire des pays tiers susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme. Ainsi en a décidé le Parlement européen dans la journée du 7 février.

Par

Publié le 12/02/2018 à 16:01

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin