Le gouvernement s’engage à sortir de la liste noire à fin avril 2018

Bien confisqués - l'économiste maghrébin
le ministre de finances Ridha Chalghoum

Lors d’une séance plénière de l’ARP, tenue hier, Mohamed Ridha Chalghoum, ministre des Finances, a annoncé que l’inclusion de la Tunisie dans la liste noire des pays fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme est une décision injuste.

Ainsi, le ministre a affirmé que le dossier de l’inclusion de la Tunisie dans cette liste remonte au quatrième trimestre de l’année 2015, précisant qu’il aurait était possible d’éviter de nombreuses questions associées si elles avaient été traitées avec minutie.

Il a indiqué que l’Union européenne ne dispose pas d’une commission d’évaluation, mais d’un mécanisme auquel elle a recours chaque fois qu’il s’agit d’inclure un pays dans cette liste. Et d’ajouter que cette décision ne reflète pas la réalité des rapports élaborés sur la Tunisie.

Face à cette situation, Mohamed Ridha Chalghoum a souligné que le gouvernement d’union nationale va prendre les mesures nécessaires et va honorer ses engagements de façon à permettre à la Tunisie de sortir de la liste noire à fin avril 2018, d’autant que ce classement place la Tunisie parmi les pays sous surveillance et ne prévoit pas de mesures ou des décisions renforcées.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here