Kaïs Allani: les répercussions de l’inclusion de la Tunisie dans la liste noire de l’UE

Après l’annonce de l’Union Européenne sur l’introduction de la Tunisie dans la blacklist des pays tiers susceptibles d’être fortement exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, Kaïs Allani, président du laboratoire socio-économique d’Afek Tounes a affirmé, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com, que cette décision aura des répercussions sur l’économie tunisienne.

Ainsi, M. Allani a assuré que le fait de considérer la Tunisie comme un pays ayant des failles stratégiques dans son système de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, va impacter directement l’investissement au moment où la Tunisie déploie des efforts pour booster ce premier moteur de croissance.

Et d’expliquer que tout investisseur étranger ayant un investissement ou un marché en Tunisie risquera d’être considéré, par conséquent, comme un suspect et serait interrogé par les autorités fiscales plus en détails concernant sa présence en Tunisie.

Notre interlocuteur a précisé que cette décision aurait également, des répercussions sur le versement de la deuxième tranche du Fonds Monétaire International (FMI) et affaiblira la position de la Tunisie dans les négociations avec les organisations et les bailleurs de fonds internationaux.

Elle aura, aussi, des impacts importants sur les levées de fonds sur le marché international, sachant que le pays annonce pour la mi-mars une levée de fonds de 1 milliard de dollars. Sur le plan politique et sécuritaire, cette décision touchera, selon ses dires, l’image de la Tunisie.

Face à cette situation, il faut redynamiser la diplomatie économique tunisienne, tout en ayant plus de proximité et d’anticipation face à notre partenaire stratégique européen. «Malheureusement nous n’avons pas profité par exemple de la visite du président français la semaine dernière pour anticiper le sujet et essayer d’avoir l’appuie et l’assurance pour ne pas se trouver dans cette liste noire».

En conclusion, Kaïs Allani n’a pas manqué de dire que cette décision est bien nuisible surtout quelle vient juste après l’intégration de la Tunisie sur la liste noire des paradis fiscaux et les pertes financières.

Il est à noter que le Parlement européen a décidé, aujourd’hui, de placer la Tunisie dans cette liste noire avec 357 voix pour, 283 voix contre, et 26 abstentions, et ce, avec  le Sri Lanka et la République Trinité-et-Tobago. Rappelons que l’UE a retiré la Tunisie, depuis à peine quelques semaines, de sa liste noire des paradis fiscaux avec huit autres pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here