Sanction disciplinaire contre quatre syndicalistes sécuritaires

Quelques jours après le sit-in des journalistes au siège du SNJT, en réaction aux menaces proférées contre eux par certains syndicalistes sécuritaires, sur les réseaux sociaux; voilà qu’à son tour, le syndicat des forces de sécurité intérieure a annoncé, dans un communiqué rendu public ce lundi, la radiation de quatre de ses adhérents de toutes leurs activités syndicales, pour agissements et intimidations immoraux.

Dans ce communiqué, il est indiqué que le non-respect du règlement intérieur entraîne la fin de leurs activités syndicales. De ce fait, le syndicat estime que les quatre agents n’agissaient pas en relation avec le travail syndical.

Rappelons que ce 2 février a été le jour de colère des journalistes. Objectif: lutter contre les agressions et les intimidations qu’ils subissent. Le Syndicat national des journalistes tunisiens avait d’ailleurs appelé, à cette occasion, à porter des brassards rouges et à un sit-in.

Dans une déclaration accordée à leconomistemaghrebin.com, Zied Dabbar, membre du SNJT, a souligné que le contexte actuel qu’endurent les journalistes est des plus dangereux. Il a déclaré: « Cela a commencé avec la proposition du projet de loi relatif à la protection des forces sécuritaires, en oubliant les pressions subies par les médias et les journalistes, qui ont dépassé l’étape de la pression, pour se transformer en agressions orchestrées. Aujourd’hui, on en est arrivé à 13 agressions, qui ont touché au final 20 journalistes, entre ceux qui ont été tabassés, arrêtés ou interdits d’exercer leur profession.

M. Dabbar a lancé un appel à la classe politique et aux trois présidences afin d’assumer leur responsabilité envers les journalistes et la liberté d’expression, en déclarant: « Dans un contexte de transition démocratique, on peut basculer d’une démocratie vers une dictature. »

Enfin, notons que les membres du bureau exécutif du SNJT ont été reçus par le Président de la République, aujourd’hui, en début d’après-midi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here