L’enseignement universitaire ne doit pas se transformer en industrie

SESAME

Mohamed Marouene, Directeur Général  de l’université privée SESAME,  revient sur la formation d’ingénieur d’une part et l’accréditation donnée par l’Ordre des ingénieurs à SESAME récemment, dans une déclaration accordée à leconomistemlaghrebin.com.

Mohamed Marouene a rappelé que tout ingénieur ne peut participer à un concours national ou à un concours de la fonction publique que s’il est inscrit au tableau de l’Ordre des ingénieurs. «  L’Ordre des ingénieurs a le souci permanent de la qualité et a jugé bon de vérifier si  les écoles privées d’ingénieurs sont effectivement aptes à former les futurs ingénieurs, conformément au cahier des charges établi par le ministère de l’Enseignement supérieur », dit-il.

Notons que le cahier des charges en question revient sur un certain nombre de critères, à savoir le nombre d’enseignants permanents, le nombre d’enseignants titulaires de doctorat, le volume horaire qui doit être assuré et tous les paramètres  qui contribuent à une bonne formation de l’ingénieur. L’interlocuteur a indiqué que  SESAME figure parmi les universités inscrites au tableau de l’Ordre des ingénieurs.

Commentant l’inscription de l’université privée  sur la liste des  universités accréditées par l’Ordre, Mohamed Marouene a fait savoir que SESAME mobilise plusieurs ressources afin de garantir la meilleure formation possible pour ses diplômés : «  Nous avons plusieurs maîtres-assistants, nous assurons l’accompagnement pour les élèves ingénieurs, nous organisons des concours internes, nous avons  établi des partenariats internationaux et nationaux  très exigeants… »,  énumère-t-il.

Sur un autre volet, Mohamed Marouene a indiqué  qu’il est inconcevable que l’enseignement universitaire se transforme en industrie parce que ce qui prime, c’est la qualité et non pas la quantité d’après lui.

Laisser un commentaire