Festival Rouhanyet : l’Ensemble Ibn Arabi victime de la mauvaise organisation de la soirée

L’Ensemble Ibn Arabi a illuminé  le  Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes, Ennejma Ezzahra, dans le cadre de la deuxième soirée du festival Rouhanyet, le 24 août à Sidi Bou Said. Malgré la piètre organisation, le public, assoiffé de musique mystique, a pu se régaler pendant une heure se laissant bercer par des poèmes mystiques célébrant l’amour divin.

Les six membres de l’ensemble sont venus  célébrer l’amour divin et  répandre  un message de paix et de tolérance et par la même occasion renouveler une relation nouée avec la Tunisie qui ne date pas d’hier, nous dit le fondateur de l’ensemble Ahmed Elkheligh avant le début du spectacle. Quant au programme de la soirée, il était axé sur  des poèmes célébrant l’amour divin et la tolérance issus de l’héritage poétique mystique. S’ils ont choisi  Ibn Arabi  ( poète et philosophe mystique né en 1165 et mort en 1240) pour nommer leur ensemble,   ce  choix n’est pas dû au hasard étant donné que ce grand mystique véhicule un message de tolérance, de paix et d’amour. N’a-t-il pas dit, dans l’un de ses poèmes :

« Auparavant, je méconnaissais mon compagnon
Si nous n’avions la même croyance.
A présent, mon cœur est capable de toute image :
Il est prairie pour les gazelles, cloître pour les moines,
Temple pour les idoles, Kaaba pour les pèlerins,
Tables de la Thora et livre saint du Coran.
L’Amour seul est ma religion,
Partout où se dirigent ses montures
L’Amour est ma religion et ma foi. »

Cependant, le vent a tourné pendant la soirée et cela était dû à une défaillance au niveau de l’organisation. Le concert, dont le commencement était prévu pour 20h, n’a commencé qu’à 21h et pour cause Lotfi Bouchnek faisait une répétition avec sa troupe à côté du palais, ce qui a déconcentré l’ensemble. Ainsi ils se sont trouvé dans l’obligation d’attendre la fin de la répétition. 20h25, Hichem Rostom vient pour dire qu’il faut attendre encore 10 minutes mais l’ensemble ne monte sur scène qu’à partir de 21h.

Alors que l’ensemble a commencé le spectacle, une musique assourdissante a soudain surgi  d’un restaurant du voisinage au point de contraindre l’ensemble à s’interrompre et à demander que l’on intervienne vu la particularité du concert, mais en vain. L’ensemble essaie de reprendre malgré la musique bruyante.  Le chef du groupe réitère la demande de faire arrêter la musique tout en expliquant en quoi le vacarme perturbe le spectacle surtout qu’il s’agit d’une musique mystique qui nécessite la concentration du chanteur et de l’auditeur.

A la grande surprise du public, l’épouse de Hichem Rostom, Sana Ezzine, intervient pour  accuser la troupe d’avoir créé des problèmes depuis qu’il sont arrivés à l’aéroport de Tunis : «  Ce n’est pas une justification ce que vous êtes en train de dire », lance-t-elle. De son côté, l’un des membres de l’ensemble a affirmé qu’ils n’ont signé aucun contrat et qu’ils ont reçu les billets d’avion à la dernière minute. « Par respect pour le public tunisien, nous allons continuer le spectacle en  espérant que le gouvernement tunisien sera équitable à notre égard », dit-il. Plus tard, Hichem Rostom a tenté de s’excuser auprès du public en colère mais il a été hué.

Intervenant hier sur les ondes de Mosaïque Fm,  il a pris la défense de son épouse tout en indiquant qu’il aurait fait la même chose à sa place.  Cependant une chose est sûre : le public a soutenu l’ensemble Ibn Arabi et les internautes n’ont pas hésité à critiquer sévèrement l’épouse de Hichem Rostom pour son comportement.  Et dire  que le festival ambitionne entre autres à véhiculer un message d’amour et de tolérance et la promotion de l’image de la Tunisie !

Aujourd’hui, l’Ensemble Ibn Arabi a publié un post sur sa page officielle Facebook faisant savoir qu’ils ont eu d’autres soucis avec les organisateurs tunisiens : difficultés pour percevoir leur cachet et problèmes liés à l’un des billets d’avion de l’un des membres de l’ensemble,  ce qui a nécessité l’intervention rien de moins que de l’ambassade marocaine à Tunis ! No comment.

1 COMMENTAIRE

  1. La clarté des sentiments.

    Dans le reste
    de la soirée
    je vois une
    lumière et le
    tendre cadeau
    d’une chanson
    très joyeuse.

    Francesco Sinibaldi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here