L’UTAP propose l’effacement des dettes qui ne dépassent pas dix mille dinars

loi de finances

Alors que le ministère des Finances a entamé les travaux relatifs aux préparatifs  de la loi de Finances 2018, que les organisations nationales et les  différents secteurs professionnels ont commencé à donner leurs avis, revendications et réserves sur ladite loi. Abdelmajid Zar, président de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP),  expose  les revendications de l’organisation agricole, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com.

Abdelmajid ZarLe président de l’UTAP a indiqué que le secteur agricole souffre de plusieurs problèmes. L’endettement est l’un des soucis majeurs  des agriculteurs. « Même la décision prise fin 2013, début 2014 concernant l’exonération des dettes pour les agriculteurs  dont le montant  ne dépasse pas les cinq mille dinars a été entravée plusieurs fois et a subi plusieurs entorses de la part de l’administration », explique-t-il.

« Quand on parle de principal de la dette, est-ce qu’on se réfère au reliquat du principal de la dette  ou la totalité du montant ? », s’interroge-t-il et de rappeler que d’après le ministère des Finances l’agriculteur qui bénéficie de plus d’un crédit ne peut bénéficier de l’exonération. De même, il a avancé que l’organisation s’est rendu compte qu’un certain nombre d’aides accordées aux agriculteurs sont enregistrées auprès des banques comme des crédits.

Il a fait savoir que l’organisation revendique l’exonération des dettes des agriculteurs  qui ne dépassent pas les 10 mille dinars et pour ceux dont les dettes dépassent les 10 mille dinars, l’UTAP propose de les exonérer uniquement  des  intérêts et des pénalités de retard.

Par ailleurs, le président de l’UTAP a avancé que le secteur agricole bénéficie de l’exonération de plusieurs taxes mais «  les agriculteurs n’en profitent pas réellement. C’est pourquoi,  j’appelle à plus de clarification des textes juridiques pour éviter toute fausse interprétation », conclut-il.

1 COMMENTAIRE

  1. Et pourquoi ne pas exonérer tous les agriculteurs sans exception à hauteur de 10 000 dt de dettes maximum? Ce serait tellement plus simple dans un premier temps, au lieu de monter une usine à gaz de plus ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here