Un non qui fait du bien

Youssef Chahed - L'Economiste Maghrébin

La haine des corrupteurs et des corrompus aura au moins servi à quelque chose, et on le doit à tous ces jeunes de la société civile qui ont lancé la campagne de salubrité publique «Manich Msameh», (Hors de question que je pardonne).

Le chef du gouvernement doit les remercier vivement du fond du cœur quoi qu’on ait pu dire sur un mouvement spontané vite récupéré par une opposition qui vient de perdre son principal fonds de commerce.

Et dire qu’ils étaient un peu plus d’un millier l’autre jour, à l’avenue Habib Bourguiba, devant le ministère de l’Intérieur,  pour crier tout le mal qu’ils pensaient d’un projet de réconciliation économique qui a vite retrouvé le chemin des étagères poussiéreuses, en attendant peut-être des jours meilleurs. Comme si, on pouvait facilement refaire l’histoire.

En tout cas, une occasion supplémentaire pour titiller un Bourguiba qu’on ne veut décidément pas laisser tranquille, allant même jusqu’à s’en prendre à sa statue équestre. Mais que voulez-vous, la rancœur est la pire des tares; alors, on fait dans la symbolique en réglant son compte au leader par des voies plus pacifiques et entre tarte à la crème ou œufs, on a choisi les œufs.

Un non à la réconciliation made in Carthage, des œufs pour le Combattant suprême et du mérite quand même! N’est-ce pas M. Chahed?

Une agression caractérisée, quand on sait que le retour de la statue à la place qu’elle occupait auparavant ou presque, n’a pas été du gout de tout le monde. Je crois qu’il faudrait à l’avenir sécuriser le périmètre, en faisant appel au gout et à l’esthétique comme cela se fait ailleurs. On ne sait jamais.

Le chef du gouvernement a donc enfin osé. Mais renverser la table, ne suffit pas. Il faut du souffle, de la persévérance et un volontarisme à toute épreuve, pour qui sonne le glas pour les corrompus et quand passent les cigognes pour cette bataille du bien contre le mal.

Le président Trump aura au moins servi à quelque chose. J’ai été agréablement surpris par le président du Courant Démocratique, Mohamed Abbou, qui pour une fois n’a pas été nihiliste et s’est hissé à la hauteur de l’évènement: « Continuez sur votre lancée, et on fera de vous un Zaim », a-t-il lancé à l’adresse de M. Chahed. On ne peut pas dire qu’il n’était pas sincère.

Cela n’a pas été le cas d’autres figures politiques toujours aigries, plus revanchardes que jamais, et qui ont vite crié au coup fourré. « Opération tonnerre » et « Demain ne meurt jamais » pour le chef du gouvernement qui visiblement, a de qui tenir…

[raside number= »3″ tag= »Youssef Chahed »]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here