La Société immobilière et touristique « Marina Gammarth » réplique

Marina Gammarth

Dans le cadre de son droit de réponse à tout ce qui a été dit à sa charge par le réseau Dostourna et le collectif «Manich Msamah» lors d’une conférence de presse tenue le 25 mai, la direction générale de la Société immobilière et touristique Marina Gammarth, promotrice du projet, a rejeté toutes les accusations et présenté ses précisions dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

Revenant sur l’accusation d’avoir obtenu l’autorisation de bâtir de la municipalité de la Marsa avant la date d’acquisition du terrain sur lequel a été édifié le projet, la direction de la société promotrice a précisé que «contrairement à ce qui a été allégué, l’autorisation de bâtir a été délivrée par la municipalité de la Marsa en date du 30 avril 2007, et ce, après l’obtention d’ une promesse d’achat en date du 30 septembre 2006».

Et d’ajouter que l’usage pratiqué par les municipalités consiste à délivrer des autorisations de bâtir sur présentation d’une promesse d’achat conclue avec une Agence foncière publique.  Ainsi, les autorisations de bâtir, du Complexe touristique et immobilier, délivrées par la municipalité de la Marsa en 2007 et après 2011 ont fait l’objet de l’approbation des membres de la Commission technique à laquelle participaient des représentants des différents ministères et organismes publics concernés, lit-on dans le communiqué.

Concernant la vocation du terrain sur lequel ont été édifiés le Port de plaisance et le Complexe immobilier, il a été mentionné que ce complexe a été réalisé sur un terrain destiné exclusivement au port, la direction a précisé que «conformément au plan d’aménagement urbain de la Zone touristique de Gammarth et du cahier des charges établis par l’Agence foncière touristique (AFT), le terrain dénommé SAU acquis par la société promotrice est destiné à la réalisation de port de plaisance et de complexe d’habitations».

D’autre part, la Société immobilière et touristique « Marina Gammarth » rejette catégoriquement les accusations lui reprochant d’avoir bénéficié d’avantages fiscaux et douaniers lors de l’importation de certains matériaux de constructions tels que l’aluminium, le marbre, la robinetterie et les matériaux de revêtement destinés à la réalisation des biens à usage d’habitation.

Dans ce sens, la Société promotrice du projet affirme qu’elle n’a jamais bénéficié d’aucun avantage fiscal ou douanier et elle appelle les auteurs des accusations à prouver avec documents à l’appui leurs dires.

S’agissant du transfert des dividendes à l’actionnaire qatari qui a été qualifié de fuite de capitaux à l’étranger, la direction de la société a précisé, dans le même communiqué, que la législation tunisienne permet à l’investisseur étranger ayant investi des capitaux d’en rapatrier  les dividendes. Les autres actionnaires tunisiens, dont l’Etat qui détient 25% du capital de la Société, ont bénéficié eux aussi de leur quote-part de dividendes.

Lors de la même conférence de presse, il a été prétendu que le prix de vente du terrain appliqué par l’Agence foncière touristique au terrain sur lequel a été édifié le port de plaisance et le complexe immobilier était dérisoire et a fait subir à l’Etat tunisien des pertes considérables qui se chiffrent en centaines de millions de dinars.

Pour précision, la Société promotrice du projet  affirme qu’elle n’a pas bénéficié d’un prix qui lui a été spécialement appliqué lors de l’achat du terrain. En effet, le prix en question ne diffère guère des prix des autres terrains appartenant à l’AFT et se trouvant dans la zone touristique de Gammarth à l’époque.

Sur ce même terrain, il a été réalisé divers travaux de viabilisation très coûteux, ainsi qu’un port de plaisance dont le coût de réalisation et des équipements y afférents avoisine les 40 millions de dinars.

Au final, la direction a précisé que des procédures administratives et légales sont en cours de finalisation pour le transfert de la propriété de ce port de plaisance et de ses dépendances à titre gracieux au  profit de l’Etat Tunisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here