Leyla Hamrouni: « Il faut s’attaquer aux protecteurs politiques de la corruption »

L’immunité parlementaire des députés a donné lieu à des débats et des discussions. Aujourd’hui, ils sont 16 députés à avoir déposé une demande concernant la levée de l’immunité parlementaire.

Or que dit le volet juridique. Il est régi par les articles  68 et 69  de la Constitution tunisienne. L’article 69 stipule notamment que « Si le député invoque l’immunité pénale par écrit, il ne peut être poursuivi ou arrêté pour crime ou délit, pendant son mandat, tant que l’immunité qui le couvre n’a pas été levée ». Par ailleurs, l’article 68 est clair : Le député ne dispose d’aucune protection particulière dans deux cas : crime ou délit flagrant.

De son côté, Leyla Hamrouni, députée du bloc indépendant, a fait savoir que « la crédibilité de l’ARP est à plat et beaucoup de suspicions planent sur les députés ». Elle précise dans ce contexte: « Pour en avoir le coeur net et redorer l’image de l’Assemblée, il faut qu’il y ait une commission d’enquête sur les biens acquis depuis les élections de 2014. Nous assistons aujourd’hui à une véritable chasse aux sorcières et on ne voudrait pas qu’il y ait des gens éclaboussés par ces calomnies ».

Elle ajoute: « Ma demande n’est autre qu’ un soutien de principe à l’opération « Mains propres » à l’instar de l’expérience italienne anti-corruption. Et avec une telle démarche, notre soutien devient de plus en plus fort parce qu’il n’y a pas de combat contre la corruption si on ne s’attaque pas aux protecteurs politiques de la corruption ».

Et de poursuivre: « Aujourd’hui c’est au tour de Jarreya.  Si on laisse les autres corrompus s’échapper, ils vont certainement réinventer un autre Jarreya. C’est une véritable pieuvre. »

Par ailleurs, Mustapha Ben Ahmed, député du bloc parlementaire indépendant national, a souligné qu’il y a bien une loi qui régit cette mesure pour éviter toute instrumentalisation de tendance ou propagande sur cette question.

Les députés qui se sont prononcés contre l’immunité parlementaire émanent pour la plupart  du bloc Machrou3 Tounes, comme Souhail Alouini, Marouan Falfel, Slah Bargaoui, Raouf El May, Sahbi Ben Fraj, Hajer Larouss, Hassouna Nasfi, Samah Bouhawel, Houda Slim, Abderraouf Cherif,  Rabha Ben Hassine, Leila Zahaf.   Egalement du même avis certains députés du bloc indépendant Walid Jalled et Bochra Belhadj Hamida  et Leyla Hamrouni et enfin  Zohra Driss du parti Nidaa Tounes. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here