Guerre contre la corruption : 108 personnes interdites de voyager

Immigrés Tunisiens L'Economiste Maghrébin

C’est bel et bien une guerre que le Chef  du gouvernement a décidé de déclarer à la corruption. Les arrestations qui s’en sont suivies lui en ont emboîté le pas; à la grande satisfaction de l’opinion publique qui n’a pas manqué de lui manifester son soutien.

Selon des sources dignes de foi, l’opération couvait depuis quelque temps et n’est vraisemblablement pas liée au témoignage d’Imed Trabelsi, sachant que le Chef du gouvernement a pris tout son temps pour avoir en main un dossier infaillible. « Peu de gens étaient dans la confidence. L’élément clé de la réussite était la surprise », déclarent nos sources.

De son côté, Ali Zeramdini, ancien colonel et expert en sécurité, a souligné: « Les dossiers ne sont pas liés uniquement à la corruption, mais à l’état d’urgence qui a été instauré pour conjurer un péril imminent pour la Nation. »

Et de poursuivre: « C’est la raison pour laquelle des prérogatives exceptionnelles sont octroyées au gouvernement avec, notamment, un transfert des compétences des autorités civiles aux autorités militaires ». Il ajoute: « C’est une affaire d’Etat, de sûreté de l’Etat. Les autorités compétentes qui ont émis les ordres d’arrestation ont en main des dossiers solides. Laissons-les travailler. »

Le nombre des personnes arrêtées s’élève à dix. A titre préventif, 108  personnes ont été interdites de voyager dans cette opération coup de poing « Mains propres ».

Parmi les personnes arrêtées, Chafik Jarraya, les frères Adel et Fathi Jenayah, Yassine Chennoufi et d’autres encore.

Notons aussi qu’une grande mobilisation aura lieu dans l’après-midi devant la Kasbah, en soutien au Chef du gouvernement,  intitulée « Manifestation de soutien à la lutte contre la corruption ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here