Mohsen Marzouk : démanteler les institutions de la corruption

Un nouveau think tank a vu le jour hier. Il s’agit du think tank du parti Machrou3 Tounes intitulé « Institut des politiques publiques » plus connu sous IPP.

En somme, il s’agit d’un espace de réflexion destiné à appuyer l’action du parti. Il est ouvert à toutes les compétences tunisiennes dans les différents domaines au niveau desquels il est possible d’envisager une politique publique sur  divers plans: économique, social, infrastructure.

Mohsen Marzouk, secrétaire général du parti Machrou3 Tounes, a fait savoir, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com, que le rôle de la classe politique n’est plus ce qu’il était auparavant. Il précise dans ce contexte: « Nous venons de lancer ce think tank qui a pour objectifs de favoriser et d’enrichir le débat public à tous les niveaux sur le plan de l’agriculture, l’environnement, la santé et bien d’autres, mais aussi de mettre au point le programme socio-économique, culturel et politique du parti ainsi que d’appuyer le groupe parlementaire du parti en lui proposant des idées de réformes pouvant faire l’objet de lois ou bien des idées d’amélioration à apporter aux projets de loi en discussion. »

Réagissant à la question d’actualité, notamment  la vague d’arrestations de plusieurs hommes d’affaires, Mohsen Marzouk  a déclaré : « Si vous vous rappelez cela fait bien des mois que les propositions que nous avons avancées font partie des mesures mises en oeuvre par le Chef du gouvernement.  C’est le moment où jamais de le soutenir, et c’est aussi le rôle de l’opinion publique et celui du peuple d’en faire de même. »

Et de poursuivre: « Le plus important dans tout cela est qu’enfin l’on se soit décidé à démanteler les institutions de la corruption qui gangrènent le pays depuis plus de six ans. Nous réaffirmons une fois de plus  tout notre soutien à Youssef Chahed pour qu’il puisse continuer la bataille. Tout comme nous appelons à une trêve politique des partis  parce que certains vont tout faire pour s’opposer à ces mesures. Tout comme nous savons que c’est un moment délicat, il faut être vigilant ».

D’après Marzouk, les récents événements comme les manifestations à Tataouine prouvent qu’il y a une volonté d’affaiblir la Sûreté de l’Etat. « Je dis une chose l’Etat est une ligne rouge, tout comme notre armée, nos forces sécuritaires et nos institutions. Et c’est la raison pour laquelle j’appelle à unir nos forces afin que nous ayons une position commune dans la lutte contre la corruption », a-t-il indiqué.

M. Marzouk a conclu : « S’il y a un slogan à retenir durant cette période, c’est bien « errakh la« . Pas de reculade, autrement les conséquences seront lourdes. Alors soyons solidaires pour anéantir ce fléau qui  n’a fait que prospérer ces dernières années ».

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here