Corruption – IVD : Imed Trabelsi comme témoin

Corruption, pots-de-vin, système huilé, le plus connu du clan Trabelsi, Imed, purge une peine de 108 ans de prison.  Si le projet de loi sur la réconciliation nationale passe, il pourrait être amnistié et remis en liberté. 

C’est lors de l’audition, 19 mai 2017, qu’Imed Trabelsi, 42 ans, a livré son témoignage durant une heure et demie, décrivant comment il est devenu l’un des barons du pays, et le fonctionnement du système de corruption mis en place.

Il a tenu à souligner que ce système n’a pas changé depuis Ben Ali. A ce jour, déclare-t-il, le secteur de l’importation est le secteur de prédilection de la corruption. Et d’ajouter: « Même si ceux qui ont tiré profit de la situation pour s’enrichir, accusent aujourd’hui la famille Trabelsi de tous les maux ».

Il poursuit :  » Nous avons le monopole du commerce des bananes, de l’immobilier et de l’alcool. Si quelqu’un essaie de se positionner, nous avions la possibilité de lui bloquer la route, c’est à dire on sortait notre marchandise avant la sienne. Tout comme il nous arrivait de donner des pots-de-vin de mille dinars jusqu’à  même 30.000 dinars ».

Concernant les hauts fonctionnaires, Imed Trabelsi a déclaré que pour une majorité d’entre eux ils font de l’excès de zèle pour obtenir des pots-de vin.

Pour conclure, il a exprimé ses regrets  et a dit vouloir tourner la page, tout en reconnaissant ses torts. Tout comme il  est prêt à restituer les sommes illégalement perçues.

Cette audition intervient au moment où l’ARP doit débattre du projet de loi relatif à la réconciliation économique et financière.  Réconciliation sans laquelle le processus de transition démocratique ne sera pas achevé, même si elle sera dure à mettre en oeuvre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here