BMICE : une naissance difficile, mais de grandes ambitions

BMICE
photo crédits : facebook présidence du gouvernement tunisien

La Banque maghrébine pour l’investissement et le commerce extérieur (BMICE), dont la création aurait dû avoir lieu en 1991, est, enfin, devenue réalité et c’est le Chef du gouvernement, Youssef Chahed,  qui l’a inaugurée, aujourd’hui, mardi 9 mai 2017 à Tunis.

La cérémonie d’inauguration de la BMICE, présidée par Youssef Chahed, s’est déroulée en présence de Taieb Baccouche,  Secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe(UMA),  Noureddine Zekri, directeur général de la Banque, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale et une assistance composée par des personnalités de la finance et des membres du corps diplomatique accrédités en Tunisie, notamment le vice-gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), Mohamed Rekik.

Youssef Chahed a souligné que la Tunisie n’épargnera aucun effort pour soutenir l’évolution de la BMICE, en vue de renforcer le processus d’intégration maghrébine et afin qu’elle rayonne sur son environnement et devienne un instrument efficace de l’action commune des cinq pays de l’Union, en vue de développer les échanges commerciaux.

Il a expliqué que la création de la BMICE entre dans le cadre de la volonté d’exploiter toutes les potentialités offertes par les économies maghrébines, pour la consolidation du développement , surtout avec le potentiel offert par l’espace maghrébin qui, en cas de concrétisation, va aider les pays de la région à réaliser de meilleurs taux de croissance de 2 à 3 % au niveau du PIB, selon toutes les études réalisées, de même qu’il va offrir, aussi, la possibilité de créer davantage d’emplois et d’améliorer les conditions de vie des citoyens.

Dans son introduction, Mohamed Jallab (Algérie), président du conseil d’administration de la BMICE, a souligné que la présence du Chef du gouvernement est un signal fort de la volonté des pays maghrébins de mettre en place les premiers jalons  d’une économie maghrébine intégrée. Il a expliqué que l’assemblée constitutive du 21 décembre 2015 avait permis d’abattre tous les obstacles pouvant entraver le démarrage de cette institution financière dont la création avait, pourtant, été décidée en 1991, ajoutant que la BMICE a l’ambition de devenir, au cours des toutes prochaines années, l’institution de référence dans l’intégration maghrébine.

De son côté, Taieb Baccouche a indiqué que le démarrage des activités de la Banque est le couronnement d’un long processus qui n’a pas manqué de difficultés surtout qu’il a fallu plus de 26 ans pour que la BMICE ait son siège, après avoir été hébergée, provisoirement, à la BCT, marquant, ainsi la naissance de la dernière des institutions de l’édifice maghrébin.

Cet édifice bancaire, a-t-il ajouté, est appelé à faire de grandes réalisations et notre grand espoir est qu’elle devienne la locomotive de l’Union, surtout qu’elle n’est pas comme les autres institutions, avec son capital clair et ses compétences de haut niveau et « nous sommes convaincus qu’elle entrera, rapidement, dans une dynamique de réalisations pour l’impulsion du commerce intermaghrébin qui, malheureusement, ne représente qu’un taux très faible, en comparaison d’autres pays.

Dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com, Noureddine Ben Zekri a souligné que la création de cette banque a nécessité de préparer différents processus stratégiques et qu’actuellement, on peut affirmer que la BMICE est prête pour commencer ses activités, avec le choix du noyau des compétences maghrébines qui avait été opéré, lundi, au cours de la réunion du conseil d’administration, surtout que le personnel et les cadres sont répartis à concurrence de 20 % pour chaque pays maghrébin, ajoutant que les opérations de financement vont commencer au cours du troisième trimestre de l’année en cours.

Le capital de la BMICE est celui annoncé en 1991 et qui est de 500 millions de dollars, avec un capital souscrit de 150 millions de dollars et un capital libéré de 37,5 millions de dollars, avec l’espoir que la totalité du capital soit libéré durant les trois prochaines années.

M. Ben Zekri a, en outre, expliqué que chaque pays maghrébin aura une agence et la première sera établie en Mauritanie, en 2018, alors que les autres verront le jour au cours des cinq prochaines années.

[raside number=”3″ tag=”BMICE”]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here