Production de phosphate : une éclaircie qui promet

Cela vient d’être annoncé, la reprise de la production de phosphate a progressé ces derniers jours, atteignant des chiffres prometteurs  qui incitent à l’optimisme. 

Une bonne nouvelle, comme qui dirait une éclaircie dans le ciel –déjà brumeux-  du monde de l’extraction du phosphate. Le ministère de l’Energie et des Mines a  annoncé hier, 2 mai 2017, que la production de phosphate a repris des couleurs  puisqu’elle a augmenté de 46%, et ce, pour le premier trimestre de l’année en cours.

En termes de  quantité, cela équivaut à 1.33 millions de tonnes, toujours selon la même source.  Il est prévu  que si les choses  venaient à continuer sur cette lancée,  le seuil atteint pourrait  augmenter et avoisiner les 6.5 millions de tonnes. Heureux horizons surtout si l’on considère que le secteur  a connu  depuis quelques années une régression considérable  avec une perte  chiffrée à deux milliards de dollars  du fait du recul enregistré au niveau  de l’exportation du phosphate, situation provoquée principalement par  le mouvement de grèves à répétition dans la région du sud.

Il faut souligner à ce propos que les choses ont évolué depuis 2011 dans une allure pour la plupart régressive,  en dents de scie et avec une nette tendance au « trébuchement » constant avec ce que cela peut entraîner de dégâts.

En 2012, à titre d’illustration, les mouvements de protestation  ont  entraîné l’arrêt  de la production  du produit au niveau de la société Phosphates- Gafsa , et ce, dans une proportion de 80% et le potentiel de production de la société  n’a pas excédé 3 millions  de tonnes,  comparativement à 8.5 tonnes en 2017.

Par ailleurs, la situation a  enregistré 70% de régression dans l’extraction du produit, ce qui correspond à une perte de 15 mille postes d’emploi dans le secteur minier en général. En 2015, la régression a pesé de tout son poids. La production  a subi le revers de cette situation  au niveau du gouvernorat de Gafsa  pour atteindre 604 mille  tonnes.

Aujourd’hui, le secteur semble retrouver la santé avec ces chiffres souriants.  Un élan vers le mieux. Il faut l’espérer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here