Projet de loi sur la réconciliation économique : Ennahdha dit non

Ennahdha

Ali Laâreyedh, 2e vice-président chargé de la planification, au Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha, a annoncé, mardi 2 mai,  lors d’une conférence de presse tenue au siège du mouvement, son opposition au projet de loi relatif à la réconciliation économique et financière. Cette mesure intervient  plus d’une semaine après avoir été discuté à l’ARP.

Il déclare:  » Le mouvement Ennahdha n’a nullement l’intention de voter pour. En effet, cela affecte le processus de la justice transitionnelle. On peut le comprendre  par manque de transparence même si certains indicateurs sont conformes à la constitution. En tout état de cause, nous avons clarifié notre position via un communiqué ».

Selon lui, ce projet de loi exige des modifications et des amendements pour qu’il soit constitutionnel. Il faut qu’il y ait  plus de clarifications quant à la désignation de la commission chargée de la conciliation ( la  CDC).  Il affirme: « La plupart des blocs parlementaires, au sein de la commission de la législation générale,  sont du même avis que nous. « .

Il précise que le terme de réconciliation doit inclure une réconciliation nationale dans le cadre d’un processus de justice transitionnelle, tel est l’objectif du mouvement Ennahdha, a martelé M. Laareyedh, en poursuivant : « Avec Ennahdha, nous sommes pour la totale réconciliation nationale pour enterrer les fantômes du passé ». Evoquant la question des mouvements de protestation enregistrés un peu plus d’une région « ils sont légitimes » a-t-il dit. Et d’ajouter: « Mais sur le plan général, ces revendications sont naturelles, les protestataires veulent du travail, et ça se comprend ».

Les  mouvements de contestation

 » Nous les soutenons », a-t-il répondu, en continuant:  » Nous sommes confiants que les choses vont aller pour le mieux  car  le gouvernement a su réagir positivement, les solutions ne viennent qu’avec un dialogue ouvert ». 

Ceux qui accusent Ennahdha d’être derrière les mouvements de protestation, « ils se trompent . Ennahdha n’y est pour rien »,  rétorque-t-il.

Le limogeage de Lamia Zribi et Néji Jalloul 

« Le Chef du gouvernement a le plein droit de limoger ou de désigner, nous respectons ses décisions. D’ailleurs, il nous a informés de ce remaniement. », conclut-il. 

 

2 Commentaires

  1. Ennahdha n’hésitera pas à faire ce qu’il y a de mieux pour
    le pays donc s’il y avait quelque chose de bien dans cette réconciliation le
    conseil Choura l’aurait accepté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here