Héla Cheikhrouhou: l’ouverture de la mine de phosphate à Meknassi

Hela Cheikhrouhou L'Economiste Maghrébin

Un accord vient d’être conclu, dans la journée du vendredi 24 mars 2017, entre les propriétaires des terres de Meknassi  et les représentants du gouvernement, où il est question de trouver un accord commun sur l’ouverture de la mine de phosphate à Meknassi, au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid.

Héla Cheikhrouhou, ministre de l’Energie et des Mines et des Energies renouvelables, a fait savoir que cet accord  a ouvert la voie à l’acquisition de 80% des terres exploitables et créera de l’emploi. Les 20% restants  seront également acquis de la même manière même s’il reste des obstacles à surmonter tel celui d’un propriétaire terrien qui exploite ses terres depuis des générations (137 ans)et ne possède pas de titre foncier.

La production de phosphate n’en finit pas de baisser au bassin minier de Gafsa, où depuis le 14 janvier, le bassin minier est devenu le centre d’agitation, où des centaines de chômeurs entravent l’extraction du phosphate. Et pourtant le bassin de Gafsa est bien souvent considéré comme un vivier d’emplois dans la région, voilà qu’aujourd’hui, il se trouve à bout de souffle.

Notons que l’industrie du phosphate contribue à 4 % du PIB, soit 15 % des exportations nationales. Six ans après, le retour de la production du phosphate est un atout potentiel à la relance économique du pays. Cette richesse naturelle du pays a enregistré depuis  le mois de janvier dernier, une production de 501 mille tonnes, a informé le Président de la République Béji Caïd Essebsi lors d’un récent discours.

En quelques années, en particulier après le 14 janvier, la Tunisie a perdu trois points au rang mondial des productions. Elle était classée 5 ème alors qu’elle se trouve aujourd’hui au 8 ème rang. Espérons que la Tunisie reprendra son classement. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here