Marouen Felfel : « La privatisation des banques publiques n’est pas la solution »

Privatiser les banques publiques serait-ce une des solutions pour renflouer le budget de l’Etat ? Mais plus encore serait-ce inévitable ? Depuis des semaines, le gouvernement annonce que les banques publiques passent par une crise financière. Qu’en pensent les représentants de commission des finances à l’ARP ?

« Ceux qui prétendent que nos banques publiques se trouvent dans une situation critique sont dans l’erreur », affirme Marouen Felfel, membre de la commission des finances du parti Machrou3 Tounes  à l’ARP.

Il poursuit: « Le problème n’est pas là, le gouvernement va devoir dire qu’a-t-on fait au bout de six ans ? A-t-on appliqué la  nouvelle loi bancaire ? « .

Il ajoute: « Il y a un  vrai problème de gouvernance, ce sont des questions qui ont été posées au chef du gouvernement et nous attendons la réponse. Où en est-on quant à la question de la lutte contre la corruption, qui malheureusement est devenue un vieux disque usé, qui ne sert qu’à des slogans et des paroles en l’air ».

D’après lui, la solution serait d’injecter une nouvelle masse monétaire pour combattre la contrebande et  l’économie parallèle. Il précise dans ce contexte: « Ce mécanisme permet de bancariser tous les gens qui ont du cash et ça permettra à l’administration fiscale d’avoir un fichier complet des Tunisiens. L’opération ne coûte pas cher, mais elle permet de  rapporter en recettes fiscales, faire des calculs assez basiques,  assurer une nouvelle entrée plus saine sur le marché ». Et de continuer: « J’insiste pour dire que  la privatisation des banques publiques n’est pas la solution, il va falloir chercher d’autres alternatives, comme le système des réformes bancaires par exemple ».

Rappelons que dans un contexte de soutien de l’Etat à la recapitalisation des banques publiques,   l’ARP avait validé une augmentation du capital d’une valeur  de 867 millions de dinars ( 757 millions de dinars pour la STB, 110 millions de dinars pour la BH).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here