Enda Tamweel et Amen Bank signent le premier prêt syndiqué

Enda Tamweel a annoncé  la clôture des souscriptions au 1er crédit bancaire syndiqué du secteur de la microfinance en Tunisie, arrangé par le pôle banque d’affaires d’Amen Bank, pour une durée de 5 ans amortissable au taux de TMM+3%.

Ahmed El Karm, président du Directoire d’Amen Bank, a indiqué qu’il s’agit d’un événement unique dans son genre.   « C’est un événement historique car  en accordant ce crédit à Enda, les banques tunisiennes affirment qu’elles portent un intérêt à toutes les possibilités de création de croissance en Tunisie », explique-t-il. Dans le même contexte, il s’est dit tout disposé à participer au financement   « et nous n’avons trouvé aucun problème pour lever ce montant d’une manière rapide ».

Le développement du secteur de la micro-finance en Tunisie sera soutenu par les banques :  » Etant donné la complexité du travail des banques, elles ne peuvent en même temps exercer la micro-finance. C’est pour cette raison qu’elles préfèrent financer des institutions comme Enda pour qu’elles octroient les crédits », précise-t-il. Ce soutien permettra  aux institutions de la micro-finance de travailler sereinement et de ne pas manquer de liquidité,  notamment s’il s’avère qu’elles sont bien gérées et que la  bonne gouvernance est respectée .   Par ailleurs, Ahmed El Karm a fait remarquer que les bénéficiaires  de crédits doivent  faire en sorte que comprendre que leurs projets soient rentables pour qu’ils puissent rembourser les crédits.

Essma Ben Hamida, directrice et fondatrice d’Enda Tamweel,  s’est, de son côté,  félicitée de la signature du contrat de financement  et est revenue sur l’historique de l’institution. Le premier prêt bancaire qui a été accordé à Enda date de 2005 par la Banque de l’Habitat. C’est un prêt de 2 millions de dinars. A l’époque,  l’institution comptait 25.000 clients alors qu’aujourd’hui, elle en compte 300.000. Convaincre les banques de la portée économique et sociale de la micro-finance n’était pas facile.  Après la révolution, Enda a, malgré les aléas, continué sa mission pour une meilleure inclusion économique et n’a pas revu à la hausse les taux d’intérêt. La réussite est manifeste puisque le taux de remboursement depuis 1995 est de l’ordre de 95%.

Elle a fait savoir qu’Enda a  accumulé 550 millions dinars de dettes, dont 300 millions ont déjà été remboursés. «  L’institution a ramené son portefeuille à risque, qui était monté à 6% à la fin de 2011, à environ 1% à la fin de 2016. Aujourd’hui, elle dispose de plus de 60 millions de dinars de fonds propres », annonce-t-elle non sans fierté.

Notons que l’institution a octroyé plus de 2 millions de microcrédits pour une valeur de deux milliards et demi de dinars à quelque 650.000 Tunisiennes et Tunisiens micro-entrepreneurs, y compris dans les zones reculées du pays, à travers 80 agences et 3 guichets mobiles.

Suite à la signature, trois  micro-projets ont été présentés par de jeunes promoteurs ayant bénéficié de prêts d’Enda : un espace culturel privé, un projet de couture  et un projet de plantation de vignes.

La levée des fonds, initialement prévue pour 100 millions de dinars, a été souscrite 1,11 fois et a été finalement portée à 111 millions de dinars.

Le franc succès de cette opération auprès du secteur bancaire témoigne encore une fois de la bonne appréciation du risque de Enda Tamweel et de l’intérêt que réservent les banques participantes au secteur de la microfinance.

L’accord a été signé aujourd’hui entre Enda Tamweel et Amen Bank, représentés respectivement par les directeurs généraux des deux institutions, Mme Essma Ben Hamida et Ahmed El Kram.

Le prêt syndiqué a été accordé à Enda par un consortium composé de 12 banques (l’Union Internationale de Banques, la Banque de l’Habitat, la Société Tunisienne de Banque, la Banque Internationale Arabe de Tunisie, la Banque Nationale Agricole, Attijari Bank, l’Arab Tunisian Bank, la Banque de Tunisie, le Qatar National Bank, la Banque de Tunisie et des Emirats, la Stusid Banque et la Banque Tuniso-Libyenne, négocié par Amen Bank, en qualité de chef de file.

Cette signature vient renforcer le partenariat stratégique existant entre Enda Tamweel et les banques partenaires de longue date et particulièrement Amen Bank, la BH, l’UIB, la STB, la BIAT, la BNA, Attijari Bank et l’ATB et constitue un point de départ  pour de nouvelles perspectives de partenariat avec la BT, la QNB, la BTE, la Stusid Banque et la BTL.

En recourant à des refinancements locaux, Enda vise une plus grande maîtrise du coût de ses ressources, ce qui va contribuer à la stabilité du coût des crédits qu’elle offre aux populations vulnérables et à une inclusion financière socialement responsable. Cette levée de fonds permettra à Enda Tamweel de concrétiser son programme de développement pour les prochaines années et de contribuer au développement économique du pays, tout en œuvrant à la promotion de l’entrepreneuriat et  l’auto-emploi des jeunes et des femmes dans les quartiers et les zones rurales défavorisés.

Les 111 millions de dinars viennent compléter les besoins de Enda pour 2017 qui s’élèvent à 200 millions de dinars. Avec ces financements, Enda pourra octroyer des micro-crédits à plus de 50 000 micro-entrepreneurs exclus du système financier classique.

Evoluant dans un secteur prioritaire pour la lutte contre le chômage, la pauvreté, l’exclusion financière et la dynamisation de la croissance, Enda a financé à ce jour 650 000 micro-entrepreneurs pour une valeur cumulée de deux milliards cinq cents millions de dinars. Elle a ainsi contribué à l’amélioration des revenus de quelque 650 000 ménages tunisiens tant en zone urbaine que rurale tout en créant également des emplois salariés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here