Fitch Ratings : l’incertitude des perspectives de financement est tributaire des réformes

Fitch Ratings Tunisie L'Economiste Maghrébin

Dans son récent communiqué, l’agence de notation Fitch Ratings est revenue sur le décaissement reporté de la deuxième tranche de 320 millions de dollars par le Fonds monétaire international (FMI) au titre du programme tunisien de mai 2016, et ce, à cause du retard pris dans la mise en œuvre des réformes de la fonction publique, de la fiscalité, des dépenses gouvernementales….,pouvant accroître  l’incertitude des perspectives de financement de la Tunisie qui s’attend à ce que la masse salariale dans le secteur public atteigne 15% du PIB d’ici la fin de l’année 2017.

Dans ce sens, Fitch Ratings a affirmé qu’en cas d’avancement dans la réalisation des réformes engagées, la prochaine mission du FMI à Tunis à la fin du mois en cours pourrait donner lieu au décaissement de ladite tranche avant la fin du premier semestre 2017.

Ainsi, l’agence s’attend à ce que le déficit budgétaire se situe autour de 6% cette année, notant que la Tunisie devra emprunter l’équivalent de 7% du PIB sur les marchés internationaux et 2,8% sur le marché domestique.

La même source a également affirmé que vu que la Tunisie compte sur les financements multilatéraux afin de couvrir ses besoins financiers, soit des enveloppes de  640 M$ auprès du FMI, de 500 M$ auprès de la Banque Mondiale, de 300 M$ auprès de la Banque Africaine de Développement et de 500 M€ auprès de l’Union Européenne, l’agence s’attend au maintien du soutien des bailleurs de fonds à la Tunisie mais l’incertitude du FMI pourrait impacter les perspectives de financement.

A noter qu’en février dernier,  Fitch Ratings a abaissé d’un point la note souveraine de la Tunisie de «BB-» à «B+» avec perspective stable, et ce, suite à la baisse de l’activité du secteur touristique et du ralentissement de l’investissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here