Trophées Femmes Entrepreneures : place à la créativité féminine

Rehaussée par la présence de personnalités du gouvernement telles que Lamia Zribi, ministre des Finances, Héla Cheikhrouhou, minsitre de l’Energie et des mines, Saïda Ounissi, secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle et Chawki Tabib, président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption,  de banquiers, de hauts commis de l’Etat et du représentant de la Fondation allemande Friedrich Naumann pour la liberté,  la deuxième édition des Trophées des Femmes Entrepreneures de Tunisie a dévoilé les noms des heureuses lauréates et a apporté son lot de surprises, hier, en fin de journée du 3 mars : projets innovateurs à forte valeur ajoutée, portés à bout de bras par des femmes déterminées, un indéniable impact social pour des régions de l’intérieur qui en ont besoin. Retour sur un événement devenu incontournable dans le monde de l’entrepreneuriat.  

Cette deuxième édition a inauguré la création d’une nouvelle section,  » Trophée pour les projets culturels », geste indiquant à la fois les ponts qui existent entre le monde de l’entrepreneuriat et la culture et une nouvelle confirmation que les projets culturels peuvent être rentables. C’est ainsi que Mme Sahar Mechri Kharat, rédactrice-en-chef du magazine leManager, édité par le groupe de presse Promedia, a su convaincre les membres du jury du bien-fondé de son idée.
 « Trophées Femmes Entrepreneures » n’a pas dévoilé uniquement les mérites des cinq lauréates choisies par le jury sur 74 candidates mais aussi un état d’esprit ouvert à la compétition, celui qui a présidé  au courage de ces femmes qui n’ont pas hésité à se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Les 74 candidatures retenues proviennent des quatre coins de la République. Les cinq femmes entrepreneures sélectionnées appartiennent à cinq secteurs d’activité: culture, industrie, Tic et services, agrobusiness et artisanat. Sur ces cinq lauréates, une sera désignée Entrepreneure de l’Année.

Prenant la parole,  Hédi Mechri, directeur de la revue l’Economiste Maghrébin et fondateur du groupe de presse Promedia, a fait remarquer que l’événement n’est pas uniquement une occasion pour honorer les femmes entrepreneures, c’est aussi une forme de reconnaissance du combat mené par ces femmes et de leur obstination et envie ardent  de réussir. Le combat de la femme entrepreneure qui a réussi à dépasser les codes d’un autre temps pour demeurer ancrée dans son époque.

De son côté, Sahar Mechri Kharrat a pris soin de valoriser les femmes entrepreneures. Pour elle, une femme entrepreneure est celle qui n’a pas choisi la facilité. Bien au contraire, ce sont des femmes qui ont choisi d’avoir un impact sur la société qu’il soit économique, culturel ou social.

Parlant de la deuxième édition, elle a tenu à rappeler que 74 projets ont été retenus parmi plus d’une centaine qui ont répondu à l’appel à candidature  (10 décembre 2016- 9 février 2017). Pour mieux cerner les profils d’un certain nombre de candidates, l’équipe du Manager a pris soin de se déplacer à la rencontre de ces  femmes entrepreneures pour les voir  évoluer dans leur milieu social et professionnel et les surprises n’ont pas manqué d’être au rendez-vous, confie à la salle Sahar Mechri.

Ralf Erbel,  représentant  la Fondation Friedrich Naumann en  Tunisie, partenaire de l’événement, a pris soin de rappeler, pour sa part, que les liens entre la Tunisie et la Fondation Friedrich Naumann remontent à 1960, à une époque où la Tunisie faisait figure de seul pays arabe à reconnaître les droits de la femme. Ce socle légué par le fondateur de la Tunisie moderne, en grand visionnaire n’a pas été altéré par le temps. Au contraire, il a permis au pays de réussir sa transition démocratique grâce à la  femme tunisienne.

Cependant, il n’était pas sans rappeler qu’un long chemin attend ce pays dans son combat pour réussir la  transition économique.  Dans ce contexte, il a affirmé l’importance de l’initiative privée, le talent et la créativité des femmes tunisiennes aux quatre coins du pays qui sont résolument des atouts  importants pour atteindre  cet objectif.

Avant de dévoiler le nom de la lauréate qui a emporté tous les suffrages , Habib Karaouli, président de CAPBANK, en sa qualité de président de jury, a tenu à présenter les membres du jury et est revenu sur les critères de sélection des cinq lauréates : originalité du projet, sa pérennité, sa contribution au principe de discrimination positive. Le jury est composé de Lamia Ben Mahmoud, première femme tunisienne à la tête d’une compagnie d’assurance, Olfa Khélil,  coach, qui a mené un travail titanesque au profit des entrepreneures dans les régions, Douja Gharbi, vice-présidente de la CONECT et chef d’entreprise, Sonia Damak, directrice de communication auprès de Vivo Energy,  Neila Ben Zina PDG de Business & Decision et  le précité Ralf Erbel.

Cérémonie 4

Pour la catégorie Culture, le trophée a été décerné à Leila Ben Gacem pour son projet culturel, la maison d’hôtes Dar Ben Gacem, située dans la Médina de Tunis.  Le prix de la catégorie Culture est sponsorisé par la Banque de l’Habitat.

Cérémonie 5

Le trophée du secteur des Tic et services a été remporté à Nadia Afi. Titulaire d’un master en géologie physique, l’entrepreneure  est la première femme à avoir utilisé la technique de réaction du courant d’eau et au moyen d’un logiciel, cette technique permet de détecter l’emplacement exact de l’eau et sa salinité, ce qui facilite à l’agriculteur le forage. Notre lauréate affirme qu’elle est la seule femme à avoir utilisé cette technique. Le projet est rentable et elle a pu dépasser les 100 clients. A présent, elle réfléchit à un partenariat avec des Allemands et des Italiens. Le prix du secteur Tic et services est sponsorisé par Tunisie Telecom.

Cérémonie 6

Sponsorisé par la BNA, le trophée de l’agrobusiness a été accordé à Lamia Ben Ayed, chef d’entreprise spécialisée dans  la commercialisation et l’exportation des épices. Malgré tous les aléas, entre autres la fermeture du marché libyen et les difficultés financières, la chef d’entreprise a pu frayer son chemin vers la réussite.  

IMG_9183

Najla Chaâbane, élue Femme Entrepreneure de l’Année 2016 est  lauréate du trophée de l’industrie. Fondatrice et PDG de la Mediterranean Food Industry, elle a choisi de s’installer dans sa ville natale, Gabès, pour lancer son projet qui fait vivre 250 familles.   Le projet consiste en des unités de production capables de produire du phosphate bicalcique suite à la transformation de l’acide phosphorique. Autre preuve de réussite : les produits de l’entreprise s’exportent sur le marché algérien, libyen, iranien, français et italien. L’entreprise a le vent en poupe étant donné qu’elle a réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions de dinars à la date du 31 décembre 2016. Le prix a été sponsorisé par Tunis RE.

Cérémonie 7

Quant au trophée de l’artisanat, il a été décerné à Rania Mechrgui dont le projet incarne parfaitement le concept de l’économie sociale et solidaire, au Nord-Ouest. « Kolna Herfa », le nom de cette entreprise, donne la chance aux artisanes de la région, surtout celles habitant les zones difficilement accessibles, de commercialiser leurs créations partout dans la République. Grâce à cette union, elles ont même pu gagner des marchés à l’international !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here