L’AMT lance une grève de deux jours

Encore une fois, et peut-être pas la dernière, les juges se voient confrontés au défi  de  réagir face à ce qu’ils considèrent comme étant désormais une situation insoutenable au sein de la profession, en particulier, et dans le secteur de la justice en général. Pour cela, ils seront en grève les mercredi et jeudi, 8 et 9 mars, prochains. C’est ce qui vient d’être annoncé aujourd’hui par l’Association des magistrats.

Dans un communiqué publié ce matin et signé par sa présidente Raoudha Karafi,  l’AMT a annoncé que  son bureau exécutif a pris la décision de se dresser énergiquement contre ce qu’il considère comme étant une indifférence quasi-totale aux revendications des juges et leurs demandes incessantes d’y donner suite. Pour cela, une grève de 2 jours a été annoncée.  Par conséquent, les salles d’audience dans tous les tribunaux fermeront leurs portes les mercredi et jeudi prochains – ce qui il faut l’avouer est devenu chose  presque habituelle  ces derniers temps du fait de la recrudescence des grèves lancées par les différents acteurs du secteur judicaire – sauf pour statuer en référé et les affaires dont les délais ne peuvent souffrir d’aucun report. Le communiqué de grève, émanant de l’AMT, vise bien évidemment les juges affiliés à l’association. Pour les autres, soit ceux affiliés au syndicat des magistrats ou n’ayant aucune appartenance associative, ils ont libres d’adhérer ou pas à la grève. Rappelons à cet effet que par le passé, il y eut divergence  pour ce qui est de la synchronisation et du suivi des grèves des juges, décidées par l’un ou l’autre des organismes représentatifs des magistrats, que ce soit l’AMT ou le syndicat.

Le bras de fer

Après la journée de grève générale  du lundi  27 février, donc il y a de cela à peine 4 jours, le bureau exécutif de l’AMT, réuni hier, a réexaminé la situation après le dernier bras de fer qui l’oppose aux autorités concernées par la question du Conseil supérieur de la magistrature  et des affaires en litige dans le secteur, que ce soit le volet financier ou le volet relatif  à la situation dans les tribunaux. La réunion s’est tenue  dans le cadre du mouvement de contestations décidé par l’AMT lors de la réunion de son assemblée  générale tenue le 19 février  pour dénoncer  ce qu’elle qualifie dans le communiqué publié à cette occasion, de « précarité de la situation en général au sein du monde judiciaire, de la situation financière des juges et  des conditions de travail au sein des tribunaux ». Après délibérations, le bureau exécutif  et suite au constat que ses  revendications  n’ont entraîné aucun suivi de la part  soit du gouvernement soit du ministère de la Justice,  a pris la décision d’annoncer une nouvelle décision de grève, pour deux jours d’affilée cette fois. Nouveau bras de fer entre les juges et les autorités. Il est à espérer toutefois que d’ici la semaine prochaine, la raison finira par l’emporter et que les revendications légitimes des magistrats tombent dans une oreille attentative…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here