Lamia Zribi : réflexion sur le sort des banques publiques

lamia zribi, pdg bfpme

La ministre des Finances, Lamia Zribi, est revenue sur les banques publiques et des choix que devra faire le gouvernement pour solutionner cette épineuse question, en marge de l’inauguration du  Salon des Banques, de la Monétique, de l’Assurance Sociale et Professionnelle, hier, 2 mars, au siège de l’UTICA.

La ministre a précisé que les sciences économiques affirment que lorsqu’un ensemble de banques se trouvent en difficulté et que la  restructuration s’impose, l’on est acculé à faire des choix : soit on opte pour la fusion de ces banques pour en faire une seule, soit on fait appel à un investisseur stratégique qu’il soit local ou étranger. De même, il est possible de faire appel à un partenaire technique capable de soutenir et d’accélérer  la restructuration des banques concernées.

La ministre a insisté sur le fait que ces options n’ont pas été inventées par le ministère des Finances. « Elles sont en usage à l’échelle internationale. Nous sommes en train de réfléchir sur l’option la plus efficace », affirme-t-elle.

Interpellée par leconomistemaghrebin.com sur la situation du secteur de l’assurance en Tunisie, Lamia Zribi a fait savoir que le ministère est en pleine réflexion sur  les deux secteurs bancaire et des assurances. En ce qui concerne l’assurance, le but recherché est la diversification du produit «  parce que nous sommes restés cloîtrés dans les produits traditionnels », estime-t-elle avant de faire remarquer que le Tunisien n’a pas encore fait sienne la culture de l’assurance.

A propos du projet de loi préparé par le Comité général des assurances (CGA) et qui a été critiqué par la Chambre nationale syndicale des agents d’assurances de Tunisie relevant de l’UTICA, la ministre a répliqué qu’«  il s’agit d’ un projet de loi qu’on n’a pas encore discuté. Il est encore à l’étape préliminaire. Quand le projet sera assez mûr, on en reparlera », conclut-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here