Remaniement ministériel : fin de la polémique ?

UGTT

  Khalil Ghariani, désigné récemment ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, en remplacement d’Abid Briki, démissionnaire, vient  de jeter l’éponge. Dans une déclaration accordée à la chaîne Nessma, Sami Tahri, porte-parole de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), a indiqué que le renoncement de Khalil Ghariani est un bon pas permettant d’éviter la tension entre le gouvernement et l’UGTT.

Pour lui, il ne s’agit pas de la victoire d’une partie ou d’une autre  mais c’est la victoire de la Tunisie démocratique. Cela présage de bons rapports entre  l’UGTT et le gouvernement.

De son côté, Khalil Ghariani a affirmé ce matin, suite à un entretien avec le Chef du gouvernement Youssef Chahed qu’après mûre réflexion, il a décidé de renoncer au poste tout en rappelant qu’il n’a subi aucune sorte de pression dans ce sens.

L’UGTT n’a pas manqué de répondre tout en jugeant qu’il s’agit d’une provocation en précisant que le problème ne se pose pas au niveau de mettre fin au mandat d’Abid Briki (ancien secrétaire général adjoint de l’UGTT) mais au niveau de la nomination de Khalil Ghariani, (UTICA).

Pour rappel, Ouided Bouchamaoui,  présidente de l’UTICA,  a précisé que la Centrale patronale  ne s’oppose pas à cette nomination et que le Chef du gouvernement est  libre d’exercer ses prérogatives. En attendant, le poste demeure vacant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here