Rapport britannique sur l’attentat de Sousse : l’avis de nos experts

menace terroriste

La police tunisienne a été sévèrement critiquée dans un rapport britannique publié il y a quelques jours, deux ans après l’attentat de Sousse qui a causé la mort de 30 ressortissants britanniques.

Les forces sécuritaires tunisiennes sont accusées d’avoir été “chaotiques”, révèle le rapport. Une accusation qui a suscité de vives réactions aussi bien sur la scène politique que sociétale.

basselBassel Torjmane, expert en terrorisme dans le Grand Maghreb, fait un état des lieux de la situation actuelle. D’après lui, ce rapport montre une  position politique, qui est loin d’être défendable. Il déclare: “Tout le monde sait que le terrorisme n’est pas un crime d’Etat, mais un crime dirigé contre l’Etat par des groupes terroristes”.

Il précise dans ce contexte: “Le fait que les forces de sécurité soient montrées du doigt est en contraste avec la position officielle du gouvernement britannique qui a toujours déclaré que la Tunisie est le seul pays à avoir réussi sa lutte contre le terrorisme sans qu’il y ait aucune ingérence”.

Et de poursuivre: “Rappelons, il y a un an que grâce à nos forces armées et à nos militaires, qui ont été l’exemple même de la performance et de la réussite, l’attaque de Ben Guerdane a été déjouée. Il y a à peine deux jours, à  Mont Samama, nos forces armées ont abattu cinq terroristes. Cela prouve une fois de plus le professionnalisme de nos agents  dans la lutte contre le terrorisme”. 

 

Quant à l’indemnisation des victimes britanniques suggérée dans le rapport, il s’insurge : “C’est tout bonnement un chantage politique”.  Il ajoute: “Les gouvernements britannique et américain ont-ils indemnisé les victimes après les attentats terroristes survenus sur leur sol ( 2005- attentat de Londres, 2001- attentat contre les Tours jumelles à New York -USA) ? Je ne le pense pas”.

M. Torjmane a indiqué: “Il est clair que d’après le rapport, ils ont l’intention d’intervenir militairement sur notre sol. Tout comme ils avaient planifié la guerre en  Afghanistan, l’Irak, puis la Libye en ce moment, une guerre dont l’objectif affiché est de combattre les organisations terroristes, et pourtant  l’occupation dure depuis 15 ans”.

Prenant l’exemple de la conquête soviétique en Afghanestan,  M Torjmane a rappelé la mobilisation des éléments britanniques  au tant que conseillers militaires auprès d’Oussema Ben Laden pendant qu’ il était chef des “Moujahidine arabes en Afghanestan”, qui a donné, ensuite Al Qaïda.

“Et voilà qu’aujourd’hui, une décision du gouvernement britannique  a indemnisé deux prisonniers britanniques ayant rejoint Daech en Syrie, puis  libérés de la prison de Guantánamo pour 2 millions de pound,s de l’argent des contribuables”, a-t-il rétorqué.

zemardiniMême constat pour  Ali Zeramdini, ancien colonel et expert en sécurité qui  précise: “La déclaration faite par les Britanniques est un peu dure dans le sens où ils ont dénaturé l’attentat terroriste de Sousse. Or le terrorisme est un phénomène international, il n’est pas propre à la Tunisie”.

Selon lui, ce qui s’est passé à Londres, à Paris  ou à Bruxelles, pourquoi n’ont-ils pas accusé leurs forces sécuritaires? Accuser nos forces sécuritaires est inacceptable”.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here