Fadhel Abdelkéfi promet un cadre légal pour le financement participatif

Fadhel Abdelkefi L'Economiste Maghrébin

Fadhel Adelkéfi, ministre du Développement et de la Coopération internationale, a assuré l’ouverture du premier Forum sur le crowdfunding en Méditerranée qui se tient les 27 et 28 octobre 2016 à Tunis.

Revenant sur la situation politique du pays, il a indiqué que la Tunisie a vécu depuis cinq ans en état de grâce, sous couvert du « Printemps arabe ». La Tunisie dispose maintenant d’un jeune Chef de gouvernement qui bénéficie de la sympathie générale, dit-il. « J’espère qu’il nous donnera les outils d’agir au moins sur le moyen et le court termes », espère-t-il.

Par ailleurs, le ministre est revenu sur le thème du colloque, à savoir le financement participatif. Il a indiqué que ce genre de financement est l’une des solutions proposées pour le financement des PME.

Dans le même ordre d’idées, il a indiqué que les PME en Tunisie sont en majorité des entreprises familiales et se trouvent face à des problèmes d’accès au financement  et restent très endettées, et ce, par manque de transparence, regrette le ministre.

Il a rappelé que d’un autre côté il existe des banquiers qui ont appris à accorder des crédits avec des garanties. Selon lui, il existe une nette inadéquation entre les besoins des PME et le système bancaire. « Le mode de financement fait que plusieurs idées partent et plusieurs jeunes désespèrent », dit-il.

Le ministre a rappelé que parmi les objectifs du plan stratégique 2016-2020 est l’inclusion mais il faut savoir quelle inclusion voulons-nous s’interroge-t-il.

« Toute le monde parle d’inclusion mais personne ne sait qu’est ce que c’est par contre on sait que quand on met les moyens nécessaires on accède à l’inclusion financière » dit-t-il. Parmi les moyens qui ont été mis en place le ministre a évoqué le private equity au niveau des PME.

Le ministre s’est félicité de la réussite de la microfinance en Tunisie. « Le gouvernement s’engage à discuter des projets de loi relatifs au financement participatif et de les passer au Parlement ».

Évoquant la Bourse de Tunis, le ministre a estimé qu’elle continue à être non représentative de l’économie nationale avec une capitalisation encore faible et avec concours au financement de l’économie d’après ses dires.

En conclusion, le ministre a affirmé que, conjointement avec la BCT,  un effort sera fourni pour mettre en place un cadre légal destiné au financement participatif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here