Tunisie – Suède : Les prémices d’un partenariat prometteur

Au lendemain de la réouverture officielle de l’Ambassade de Suède en Tunisie, un forum économique tuniso-suédois a été organisé aujourd’hui.

Le Forum a été rehaussé par la présence de l’ambassadeur de Suède,   S.E. Fredrik Florén, la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce Zied Laadhari, le DG de la FIPA, Khalil Laabidi, le représentant de l’UTICA Slim Ghorbel, le consul général honoraire de Suède à Tunis Férid Ben Tanfous, ainsi que des chefs d’entreprise et acteurs économiques des deux pays.

Dans ce cadre, M. Laadhari a annoncé que la réouverture de l’Ambassade de Suède en Tunisie est un grand signal dénotant que ce pays a confiance en la Tunisie, en sa démocratie et en son peuple. C’est aussi un signe d’intérêt renouvelé dans le développement des relations d’amitié et de partenariat entre les deux pays.

Il a indiqué que les relations entre la Suède et la Tunisie sont à consolider davantage. «La Tunisie est un pays qui a tenté depuis quelques années une grande aventure politique et démocratique dans un environnement assez difficile.  Aujourd’hui, la Tunisie est fière de ce qui a pu être réalisé sur ce terrain et qui lui a permis de bénéficier d’une grande consécration internationale, le Prix Nobel de la Paix».

En effet, la Tunisie est, selon ses dires, un pays qui se distingue. Il s’agit d’un petit pays par sa taille et sa population mais il pourrait devenir un  grand pays par son histoire, ses ambitions, son avenir et son engagement.

Pour ce faire, toutes les parties prenantes sont engagées pour rendre cette success story politique une success story économique et sociale, parce que le peuple, notamment les jeunes, attend encore les dividendes économiques de la  révolution tunisienne.

Ainsi, cette ambition partagée doit se combiner par l’ambition de faire en sorte que le partenariat économique tuniso-suédois soit à la hauteur des relations bilatérales, affirme-t-il.

Et d’ajouter que le niveau d’échanges entre la Tunisie et la Suède reste modeste. Il y a encore une marge de progrès importante à faire et des opportunités à développer.

A cet égard, les deux pays sont en train de montrer un vrai engagement à très haut niveau pour que ces relations se développent au niveau souhaité.«Nous sommes plus que jamais deux pays qui sont proches par l’histoire et par les défis du présent et nous pouvons partager un avenir meilleur qui pourrait créer et développer un modèle de partenariat pouvant inspirer beaucoup d’autres pays».

De leur côté, les deux responsables suédois ont été unanimes pour dire qu’il est temps de s’engager avec la Tunisie, de consolider les relations bilatérales et de soutenir le pays afin de réussir son expérience démocratique. «La Tunisie est la seule démocratie dans le monde arabe où le gouvernement met l’accent sur l’ouverture des échanges et des investissements».

Les deux parties sont conscientes que beaucoup de travail est à faire vu que les exportations suédoises vers la Tunisie ont considérablement diminué après la Révolution. Compte tenu de l’évolution des relations du commerce, les deux pays doivent aujourd’hui être en mesure de doubler les échanges.

Par ailleurs, les responsables ont précisé que dans un temps où le gouvernement tunisien multiplie les efforts pour attirer les investissements, il est rassurant de constater que la Suède a une présence, par ses entreprises, solide en Tunisie depuis longtemps qui pourrait être encore consolidée. Sachant que les entreprises suédoises emploient quelque 5000 Tunisiens.

Tirer profit des expériences tuniso-suédoises

En marge de ce forum, Aziz Zouhir, l’exemple type de la coopération tuniso-suédoise en Tunisie, est revenu sur son expérience. Il a indiqué dans ce sens que cette collaboration date de 20 ans, et ce, à travers la création en 1995 de la société Sancella en partenariat avec le conglomérat suédois SCA Hygiène products.  Cette société est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation pour les pays du Maghreb, l’Afrique de l’Ouest et  prochainement le Moyen-Orient, d’une large gamme de produits d’hygiène à usage unique, à savoir les couches pour bébé sous la marque Libero Peaudouce, les serviettes périodiques sous la marque Nana, les couches pour incontinents sous la marque Tena ainsi qu’une large gamme de papier domestique à usage individuel et destinée aux collectivités sous les marques Top, Tempo, Lotus et Tork.

SuèdeM. Zouhir a estimé qu’il s’agit d’une collaboration fructueuse qui fait bénéficier sa société familiale d’un grand savoir-faire industriel suédois, de beaucoup de rigueur, de sérieux et des programmes à long terme.

Quant à  Steve Hedouin, vice-président MEAC – Volvo Buses, une société suédoise cotée en Bourse, il a souligné que ladite société a implanté sa filiale en Tunisie en partenariat avec la société tunisienne SetCar. Aujourd’hui, ce partenariat a porté ses fruits et représente 40% de parts de marché des bus en Tunisie.

Les facteurs de succès de cette coopération se résument, selon ses propos, dans l’engagement des deux parties à long terme, un partenariat commercial extrêmement fort et engagé, un bon produit et de bons services offerts, un développement des compétences via la formation continue, une assistance technique et une disponibilité des pièces de rechange sur le marché tunisien.

Dans l’avenir proche, la société prévoit de développer son partenariat avec la Tunisie, et ce, en développant le système Bus Rapid Transit (bus à haut niveau de service) visant à améliorer le transport public en Tunisie. Notons que la Tunisie serait le premier pays dans la zone MENA à bénéficier de ce système. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here