Le sexisme au travail en chiffres

Sexisme travail L'Economiste Maghrébin

Evoluer dans une structure de travail nécessite inéluctablement des efforts d’adaptation et de s’imprégner d’une certaine rigueur, afin d’assurer l’avancement de la tâche professionnelle demandée.

Seulement malgré les efforts déployés, il arrive que l’on soit confronté à des formes d’injustice, qui ne se basant sur rien de concret, augmentent le désarroi de celui qui les subit. Parmi ces injustices et dont les plus sournoises, le sexisme au travail est de plus en plus dénoncé de nos jours.

Il ne s’agit pas seulement de décrier l’hostilité liée au genre, mais il est nécessaire d’en comprendre les causes et de trouver les moyens d’y remédier.

Dans cette optique, une étude fondée sur l’enquête « Conditions de Travail 2013 », menée par la direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (France), a mis en exergue la persistance des comportements sexistes au travail, essentiellement à l’égard des femmes, et a cherché à en déterminer le contexte.

Ainsi l’enquête a montré que 35% des actifs occupés signalent avoir subi un comportement hostile dans le cadre de leur travail, au cours des 12 derniers mois. Parmi les victimes, 22% de ces femmes indiquent avoir subi un comportement hostile lié au genre.

Au total, 8% des femmes et 1% des hommes ont déclaré avoir subi un comportement sexiste au travail.

Les comportements à caractère sexiste sont, d’après l’étude, moins fréquemment associés à des dysfonctionnements de l’organisation du travail, tandis que d’une manière générale, une organisation défectueuse du travail augmente la probabilité de subir un comportement hostile.

Parmi les milieux dans lesquels les femmes sont les plus touchées par des comportements sexistes, les milieux où les femmes exercent des fonctions de supervision, travaillent dans l’industrie, sur des chantiers ou en déplacement, ou sont exposées à de multiples nuisances physiques.

Par ailleurs, l’étude montre que dans les emplois « typiquement féminins » 6% des femmes et 3% des hommes font l’objet de comportements hostiles à dimension sexiste.

D’un autre côté, dans des emplois « masculin » 15% des femmes et seulement 1% des hommes sont touchés par cette forme d’hostilité.

Comment se distancer des comportements sexistes et favoriser une atmosphère professionnelle plus « viable » notamment pour les femmes? La réponse à cette question consiste en un mot : la mixité qu’il va falloir davantage favoriser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here