Ettakatol – Mohamed Bennour : la démission de trop?

Mohamed Bennour L'Economiste Maghrébin
Mohamed Bennour

Le dirigeant au sein du Forum démocratique pour le travail et les libertés (Ettakatol), Mohamed Bennour, a démissionné de son parti politique, comme il l’a indiqué à leconomistemaghrebin.com.

Il ne s’agit pas d’une simple démission car Mohamed Bennour est l’un des piliers du parti fondé en 1994 puis reconnu en 2004.  « Le parti a été créé à mon domicile », nous confie-t-il.

En ce qui concerne les raisons de sa démission, notre interlocuteur avance que le parti n’a pas tiré les conclusions des élections législatives et de la  présidentielle de 2014.

« J’ai attendu longtemps que le parti renaisse et se mette à l’œuvre pour  jouer son rôle de parti d’opposition et de défenseur des causes nationales,  surtout que le pays fait face à plusieurs dangers d’ordre économique et politique; mais le parti n’est pas l’acteur auquel les sociaux démocrates et les progressistes s’attendent », regrette-t-il.

Par ailleurs, il a indiqué qu’Ettakatol est absent de la scène.  « Je m’attendais à ce qu’il se renouvelle et à ce que le secrétaire général Mustapha Ben Jâafar passe le flambeau à une personnalité du parti plus jeune et crédible, à une personnalité qui soit capable de reconstruire une nouvelle image du parti, tout en assumant la défaite de 2014 », continue-t-il.

Mohamed Bennour affirme qu’il assiste, chaque jour, à l’enregistrement de  plusieurs démissions, ce qui n’a suscité aucune réaction de la part du secrétaire général. «Tout cela m’a amené  à démissionner. Je souhaite bonne chance à mes camarades qui  sont restés et je n’ai aucune amertume, sauf celle de quitter ma famille politique », dit-il.

À notre question de savoir s’il va fonder ou pas un nouveau parti politique, notre interlocuteur esquive la question en restant évasif: « Ce n’est pas le moment de quitter le combat, je continue le combat pour la Tunisie, librement », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here