« Le prochain PLF devrait être placé sous le signe du partage des sacrifices et des charges »

Ridha Saïdi L'Economiste Maghrébin

Invité sur les ondes radiophoniques Ridha Saidi, un des dirigeants du mouvement Ennahdha, a déclaré que le Conseil de la Choura a dressé un bilan crucial de la situation économique du pays, notamment sur la Loi de Finances pour 2017. Selon lui, la prochaine étape doit être placée sous le signe du partage des sacrifices et des charges.

Il a également annoncé qu’un séminaire aura lieu prochainement durant lequel le Conseil de la Choura d’Ennahdha se prononcera à propos du budget de l’Etat ainsi que le droit financier.

Evoquant le volet de la dette publique, il a fait savoir que Qatar réclame aujourd’hui le remboursement de 500 millions de dollars en 2017 “mais il y a possibilité  à pouvoir négocier”, a-t-il dit.

S’agissant des ressources de l’Etat, il a mis l’accent sur l’importance des biens et des avoirs confisqués car ils fourniront autant de ressources importantes pour le pays et ne feront que l’appuyer.

Dans la mesure où l’Etat veut renflouer ses caisses, il faut trouver une solution rapidement, a souligné M Saidi. Citant l’exemple du Port de Radès, qui serait capable de fournir des ressources considérables, si on lutte efficacement contre la corruption.

D’après lui, si on est  arrivé à un tel résultat aujourd’hui, ceci  revient essentiellement au laxisme de l’Etat dans les années 70, pendant lesquelles les ressources fiscales étaient faibles. “ Il faut qu’il y ait une action résolue dans ce contexte”, a-t-il dit.

Par ailleurs, le projet de Loi de Finances pour l’année 2017 est ambitieux  mais il interagit sous des contraintes. Enfin, la culture fiscale est absente, et il faudrait l’ancrer en Tunisie, pour que cela devienne une tendance volontaire de chaque citoyen. “La police fiscale est une action révolutionnaire nécessitant  un nombre important d’agents” conclut-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here