Un Master de recherche en Nanosciences en Tunisie

Master nanosciences Tunisie L'Economiste Maghrébin

Discipline scientifique en plein essor dans les pays tournés vers les hautes technologies, les Nanosciences font leur entrée en Tunisie par l’inauguration d’un master de recherche, cette année, à l’Ecole Supérieure des Sciences et de la Technologie de Hammam-Sousse. Une première en Tunisie.

Ayant suscité l’intérêt et mobilisé les efforts des chercheurs et des industriels du monde entier à partir des années 1990, les Nanosciences trouvent leur application dans divers domaines : micro-électronique, physique, biologie, chimie, médecine, robotique et en technologies de l’information, constituant de ce fait une voie d’avenir qu’il importe de promouvoir et de développer.

Les Nanosciences sont  la convergence des sciences expérimentales vers l’étude des dispositifs de l’ordre du nanomètre (10-9 mètre). Dans de nombreux pays (Allemagne, Etats-Unis, Japon, Suisse, Suède, Espagne, France, Angleterre, Malaisie, etc…) des institutions se tournent vers les Nanosciences : les universités et les centres de recherche, les petites et moyennes entreprises, ainsi que divers organismes publics. Chacun de ces  acteurs  jouant un rôle important dans l’expansion de ce secteur. L’étape primordiale, pour s’engager dans ce secteur très prometteur, serait dans un premier temps la formation d’une nouvelle génération d’étudiants d’ingénieurs et de chercheurs, compétente dans ce domaine, afin de concrétiser son application dans divers secteurs, notamment celui de l’industrie.

Ainsi la création de ce Master de recherche dans le cadre du projet européen Tempus, à l’initiative des deux enseignants universitaires, Pr A. Abdelghani (INSAT, Université de Carthage, Prix Présidentiel de la Recherche scientifique, 2015) et Dr Samir Ameur (Université de Sousse), a pu démarrer cette année à l’Ecole Supérieure des Sciences et de la Technologie de Hammam-Sousse, sous la coordination du Pr Larbi Sfaxi (Université de Sousse).

A l’heure où le paysage économique tunisien repose essentiellement sur l’industrie manufacturière, dominée par le secteur du textile, et de l’agroalimentaire, ainsi que sur les entreprises de services, les nanotechnologies seraient d’un grand apport afin de donner une nouvelle impulsion, pour une économie qui semble avoir montré des signes d’essoufflement depuis bien longtemps.

Serait-ce une première étape avant d’entamer dans un second temps une orientation des compétences tunisiennes vers le domaine des hautes technologies en Tunisie?

Devant cette initiative qu’il faut avant tout saluer, une question subsiste cependant: quelles seront les ressources qui seront mises à disposition des nouveaux diplômés, notamment par l’Etat, afin de passer de la théorie à la pratique?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here