Clinton vs Trump : le débat du 19 octobre ira-t-il encore plus loin?

élections américaines

Décrié par nombre de commentateurs, le débat entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine a été caractérisé par des attaques haineuses sur leur vie personnelle. Le troisième et dernier débat qui aura lieu le 19 octobre empruntera-t-il la même voie?

Le troisième et dernier débat entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine du 8 novembre prochain, Hillary Clinton et Donald Trump, devrait avoir lieu le 19 octobre 2016. Un débat qui suscite bien des interrogations. Dont celle-ci: les deux candidats comptent-ils aller encore plus loin en matière d’attaques haineuses sur leur vie personnelle? Une bonne partie du second débat s’est beaucoup intéressée aux accusations d’agressions sexuelles du mari de la première, l’ancien président Bill Clinton, et aux propos insultants du second à l’égard des femmes.

Ce qui a donné lieu à un pugilat relayé par des dizaines de médias américains qui en redemandent sans doute encore. Les médias ne sont-ils pas devenus les acteurs principaux de cette « politique spectacle » qui en dit long sur l’état des lieux des mœurs politiques en usage ?

Nouvelles accusations dans le New York Times

« La politique, autrefois, c’étaient des idées. La politique, aujourd’hui, ce sont des personnes. Ou plutôt des personnages », affirmait– déjà en 1977– l’universitaire français Roger-Gérard Schwartzenberg dans son « Etat spectacle » (Edition Flammarion, 322 pages).

Et l’universitaire français d’aller encore plus loin en 1998 dans son livre « La politique mensonge » (Edition Odile Jacob, 494 pages) en écrivant ceci : « La politique mensonge s’appuie sur la propagande, parfois. Sur la publicité souvent, avec les communicants pour farder les apparences dans cette démocratie cosmétique. Sur l’info-divertissement surtout. Voire sur le télépopulisme. »

Un dur constat pour la vie politique telle qu’elle est de plus en plus pratiquée aux Etats-Unis – comme ailleurs. Un constat qui ne fait que peu de place aux programmes et aux promesses des candidats. Un des plus vieux routiers de la politique française, qui a organisé bien des campagnes électorales du mouvement gaulliste, Charles Pasqua (1927-2015) disait d’ailleurs que « les promesses électorales n’engagent que ceux qui… les reçoivent ».

Des révélations exhumées du passé des candidats

Et cela semble bien continuer concernant la campagne électorale américaine. Le débat du 19 octobre ne pourra pas ne pas évoquer les révélations du New York Times (le 13 octobre 2016) sur Donald Trump. Elles sont relatives aux témoignages de femmes qui affirment avoir subi des attouchements sexuels de la part du candidat républicain, l’une dans les années 1980, l’autre en 2005.

Gageons que d’autres révélations pourraient bien sortir d’ici là pour nuire à l’un ou l’autre des candidats. Des révélations qui seront exhumées de leur passé proche ou lointain. Grâce au travail de fouilles de parties qui savent où aller les chercher et quand les balancer.

Car croire que ces révélations sont le fruit du hasard, c’est faire preuve de niaiserie politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here