60 mille personnes revendiquent la titularisation dans la Fonction publique

Ouvriers des chantiers L'Economiste Maghrébin

Un mouvement de protestation sera mené par les ouvriers des chantiers, en date du 12 octobre et ce pour revendiquer l’intégration dans la fonction publique et l’inclusion dans la couverture sociale.

Il s’agit de 60 mille ouvriers des chantiers dont la procédure de titularisation n’a pas été appliquée. La coordination nationale des ouvriers des chantiers a fait remarquer que le dossier en question est suspendu depuis 2011.

Et que les ouvriers ne manqueront pas, en cas de non titularisation, d’arrêter le travail dans toutes les administrations, avant de se diriger devant l’Assemblée nationale des représentants du peuple pour afficher leur colère.

Il est à noter que le salaire d’un ouvrier des chantiers varie entre 250 et 332 dinars, soit moins que le SMIG pour 40 heures de travail par semaine. Notons que 5% des ouvriers des chantiers sont titulaires de diplômes universitaires.

Ce mécanisme instaure la précarité et c’est d’ailleurs pour cette raison que tous les intervenants, notamment le FTDES, ont appelé à le revoir en titularisant les personnes concernées. En avril 2016, Sami Tahri, secrétaire général adjoint de l’UGTT, a affirmé sur les ondes radiophoniques que fin 2017 ce dossier sera clos. Mais alors que quelques mois nous séparent de 2017, 60 mille travailleurs de chantiers n’ont pas encore vu leur situation se régulariser.

Rappelons que les travailleurs des chantiers ne sont pas les seuls concernés par les formes d’emploi précaire, il existe aussi le mécanisme 16 un dispositif de création d’emplois précaires dont les bénéficiaires revendiquent la régularisation de leur situation et leur titularisation. La situation de 21 387 personnes travaillant dans le cadre du régime du mécanisme 16 sera régularisée sur une période de cinq ans.

Cette revendication coïncide avec la dernière déclaration du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Imed Hammami, concernant l’incapacité de l’Etat à faire de nouveaux recrutements dans la Fonction publique pour les prochaines années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here