Algérie: vers une baisse de déficit à 11 milliards $

Urgence économique L'Economiste Maghrébin

Lors d’un conseil ministériel, le gouvernement algérien a adopté le projet de loi de finances pour l’exercice 2017, marqué par un déséquilibre budgétaire. Cette loi prévoit un déficit estimé à 1248 milliards de dinars algériens, soit l’équivalent de 11,3 milliards de dollars, représentant 8% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Sachant que le déficit est en baisse par rapport au budget précédent et il se situait à 15% du PIB.

En termes de dépenses, le budget affiche un montant de 62,9 milliards $, dont 41,6 milliards $ destinés aux dépenses de fonctionnement et 20,8 milliards $ aux dépenses d’équipement.

En termes de recettes, les prévisions budgétaires ont été établies sur la base d’un baril de pétrole à 50 dollars, permettant aux autorités algériennes d’envisager des recettes de 51,5 milliards $, soit en progression de 13% par rapport à l’exercice écoulé.

Ces revenus proviendront, selon les estimations, de la fiscalité ordinaire avec une enveloppe de 26 milliards $, en hausse de 3,5%, et de fiscalité pétrolière avec 20 milliards $.

Au volet du financement du déficit budgétaire, le gouvernement algérien prévoit le recours aux réserves financières accumulées pendant plus de dix ans dans le Fonds de Régulation des Recettes (FRR), qui est en forte érosion.

Pour combler ce gap budgétaire, il a été préconisé de multiplier les efforts visant à maitriser les finances publiques et rationaliser les dépenses d’une part, et à permettre à l’État d’assumer ses missions au service des citoyens, notamment les plus démunis, à diligenter la diversification économique grâce à laquelle le pays se libérera, à moyen terme, de la dépendance des hydrocarbures d’autre part.

A noter que le gouvernement algérien envisage la réduction du déficit avec un objectif chiffré de 3,6 milliards $ en 2019 soit 2% du PIB.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here