Commerce : chacun « se fripe » comme il peut !

La friperie constitue une chance pour les Tunisiens. Qui d’entre nous n’a pas été tenté de refaire sa garde-robe avec les bonnes affaires que procure souvent la fripe? Presque tout le monde, ne serait-ce qu’une fois. Eh oui, au temple des bonnes affaires, chacun trouve son compte.

Mais voilà, depuis quelques jours, on entend parler d’un projet de loi qui interdirait l’importation des articles de friperie, jetant les commerçants grossistes, détaillants, ainsi que les sociétés spécialisées dans le désarroi. Car si un tel projet de loi devait voir le jour, plus de 200.000 employés et leurs familles se retrouveraient dans le dénuement. Sans parler des inconditionnels de la fripe- ils sont légion- qui ne  manqueront pas de manifester leur colère par tous les moyens.

Réagissant à ces rumeurs néfastes, Sahbi Maâlaoui, président de la Chambre nationale syndicale des commerçants grossistes de friperie, a fait savoir que ce projet de loi sera un tsunami de proportions inimaginables étant donné que 90% de la population sera lésée par un tel projet de loi qui n’est ni plus ni moins qu’un énième outrage à la pauvreté.

Voyant venir la tempête, le ministère du Commerce s’est empressé de démentir cette info,  en corrigeant le tir : il s’avère que les autorités n’ont nullement l’intention d’interdire le commerce de détail. Elles auraient l’intention d’imposer quelques restrictions dans l’importation de certains articles de friperie tels les chaussures et les vêtements de peau ou parés de matériaux en peau.

Toujours est-il que le gouvernement devrait prendre le soin de bien expliquer les mesures qu’il entend mettre en chantier,  afin de faire barrage aux annonceurs de fausses alertes qui ne ratent pas une occasion de jeter de l’huile sur le feu pour voir ce pays s’embraser et s’auto-détruire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here