Caisses sociales : place aux réformes

réserves des caisses sociales

L’heure n’est plus aux palabres, concertations et études. Il est temps d’appliquer les réformes prévues pour sauver les caisses sociales, déclare Khaled Sdiri, spécialiste en  caisses sociales  à leconomistemaghrebin.com.

Toutes les catégories sociales sont au courant de la situation désastreuse des caisses sociales, ce qui devrait inciter à avancer dans la réforme d’après le spécialiste. Alors que les chiffres sont là, les études sont prêtes depuis des années, l’étape du diagnostic est révolue  aux yeux de Khaled Sdiri. «  Il est temps de prendre les mesures qui s’imposent », lance-t-il.

Le ministère des Affaires sociales doit coordonner en partenariat avec les acteurs sociaux pour trancher sur le dossier. Les difficultés par lesquelles les trois caisses passent incitent à une application urgente des réformes, recommande M.Sdiri.

D’ailleurs, même la CNAM est concernée par le déficit à l’instar de la CNSS et la CNRPS, après avoir été excédentaire. Le déficit est principalement lié à l’utilisation de ses ressources financières propres par la CNRPS pour payer les pensions. S’ajoute à cela que les pharmaciens menacent de geler les conventions avec la CNAM à cause du retard dans les remboursements. «  Il n’est inconcevable qu’une caisse finance une autre », remarque-t-il.

Le chômage demeure l’un des points qui fragilisent le système de la sécurité sociale. En effet, l’augmentation du taux de chômage se répercute immanquablement sur le nombre d’actifs pour financer les passifs, ce qui grève davantage la CNSS.

Par conséquent, le sauvetage des caisses sociales passe nécessairement par la diversification des sources de financement et de la réforme de la fiscalité. “On ne peut pas parler de  sauvetage des caisses sociales sans parler de réforme fiscale. “, affirme-t-il.

Interpellé sur la possibilité d’adopter le modèle scandinave – qui est un système mixte qui allie le système de répartition et un système de capitalisation de fonds de pension – pour sauver les caisses sociales, Khaled Sdiri a rappelé que la Tunisie a déjà fait son choix en choisissant le système distributif. De plus, le pays va  créer le système du socle de protection sociale qui permettra à toutes les catégories sociales de bénéficier des services de soins.  « On ne peut pas adopter le modèle scandinave tant que  les lois fiscales ne sont pas respectées », conclut-il.

Pour rappel, le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a annoncé, quelques jours après sa nomination, que la situation des caisses sociales est désastreuse, relayant le même message   lancé par son prédécesseur Mahmoud Ben Romdhane.

Notons qu’en 2013, la CNRPS a connu un déficit de 199 MD et de 285  MD en 2014. Pour 2015, il est prévu que le déficit atteigne 431 MD. Dans la Loi de finances 2016, le déficit prévu est de 528 MD. Ainsi les cotisations des employés et des employeurs ne seront plus suffisantes pour assurer l’équilibre de cette caisse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here